[12 Septembre 1597] Le parvis

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

[12 Septembre 1597]  Le parvis Empty [12 Septembre 1597] Le parvis

Message par Alexandre le Mar 23 Avr - 23:04

11 Septembre 1597, en début de soirée

Sans la moindre hésitation, Alexandre traça à travers les ruelles son chemin jusqu'à l'église. a l'intérieur, les fidèles se rassemblaient pour la messe du soir et s'étonnaient de ne pas trouver le père Thierry. Le jeune homme se faufilait parmi la foule puis attendit dans un coin, faisant semblant de prier que la foule se disperse. il se dirigea ensuite vers le bureau de son père chercher la bourse des deux mille rilchs qui devait servir préalablement à l'acheter. C'était ironique mais elle servirait à acheter la liberté de son père. Il plaça la bourse sous sa tunique puis sortit.

Sur le parvis, Alexandre s'immobilisa et huma l'air frais du soir qui tombait. Il frissonna un court instant. derrière lui sortit un tout jeune garçon qui fut saisi de l'apercevoir. Il se signa immédiatement.


"L'ange aux béquilles ! Je venais de remercier la Bonne mère pour le miracle, sans vous, je couchais sans manger ! Vous.. vous avez encore un message ?"

Alexandre lui sourit mais ne voyait pas quoi lui demander. Brusquement, il songea à Irène, sa fille, son attitude méprisable d'au matin.. Il devait s'excuser mais comment.. ? Il ne pouvait retourner tout de suite. Il avait trop de choses importantes à faire. alors.. oui, une lettre serait parfaite pour exprimer ses excuses et ses remerciements en attendant de venir les présenter en face, comme un homme. il sortit quelques pièces de sa poche et les tendit au gamin.

"Oui, il faudra que tu transmettre une lettre pour la commerçante de la Rose d'Azur. Une certaine Irène."

Alexandre prit une feuille de parchemin et commença à rédiger le message qu'il souhaitait laisser à la mère et la fille puis le plia. Il le tendit à l'enfant qui disparut aussitôt, au pas de couse.  Le jeune homme se releva et se dirigea vers la taverne, débuter le second acte pour la libération de son père.
Alexandre
Alexandre
Esclave domestique

Messages : 545
Date d'inscription : 14/10/2018
Age : 20
Localisation : Nérée

Feuille de personnage
Lien vers votre fiche personnage:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

[12 Septembre 1597]  Le parvis Empty Re: [12 Septembre 1597] Le parvis

Message par Blanche des Roses le Jeu 30 Mai - 16:57

12 Septembre 1597, après-midi

[12 Septembre 1597]  Le parvis Bastie20
Bastien Sicognac, 36 ans, intendant au lupanar

Depuis plusieurs heures, Bastien attendait dans un recoin du parvis, proche d'une ruelle par laquelle ils se sauveraient ensuite avec leur proie. Tout était réglé. Il avait fait répéter son rôle à la petite Cassandre et elle savait par cœur la pièce à jouer. Lors de ses repérages, ses oreilles avaient bien entendues qu'auraient lieu aujourd'hui le baptême du bébé. Cela n'avait pas été dur : avant-hier soir, le cardinal et sa sœur le criaient presque !
Une fois la cible amenée, ils retourneraient au lupanar et demain la véritable proie serait informée de son sort. Le béquilleux - Alexandre ou Galaad peu importait le nom - accouerait bien gentiment le sauver. Son bon cœur et sa loyauté permettaient de tirer cette conclusion. Il baissa la tête et sourit à Cassandre.


"Ca va ?"

[12 Septembre 1597]  Le parvis Cassan20
Cassandre, 12 ans, esclave au Lupanar

Cassandre collait Bastien, toute timide, mais ravie de la belle robe que l'intendant lui avait offerte et de la belle coiffure qu'il lui avait faite. Elle était si élégante ! Même avant, quand elle vivait encore au sein de sa famille, elle n'avait été aussi bien mise. Dans son esprit, elle répétait le rôle qu’elle devait jouer pour attirer l'infirme jusqu'à Bastien sans éveiller sa méfiance. Elle n'aimait pas manipuler les gens, participer à un événement.. Mais c'était mieux que le tapin. Et puis, c'était pour Bastien. Il était si gentil avec elle.


Blanche des Roses
Blanche des Roses
Prostituée

Messages : 282
Date d'inscription : 28/10/2018
Age : 44
Localisation : Au lupanar

Feuille de personnage
Lien vers votre fiche personnage:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

[12 Septembre 1597]  Le parvis Empty Re: [12 Septembre 1597] Le parvis

Message par Théodosie le Jeu 30 Mai - 18:35

Théodosie furetait dans les rues monbriniennes encore peu habituée à la géographie des lieux. Tout ce qu'elle savait, c'était qu'il lui fallait trouver de quoi manger et un toit surtout, car elle en avait assez d'arpenter les routes. Sans le sou, l'église lui sembla un bon lieu pour commencer et voler de quoi se nourrir, voire peut-être même se payer une nuit à l'auberge. Mais d'abord, il faudrait trouver le pigeon à déplumer.
Elle remarqua un jeune homme bien habillé en compagnie d'une gamine dont les plis de sa jolie robe venaient balayer la poussière du pavé des rues. Deux proies, il fallait essayer. Théodosie s'approcha d'eux et s'affaissa tant qu'on aurait crut qu'elle avait le dos brisé. Elle faisait au moins dix ans de plus avec son visage aux traits faussement chagrinés. D'une voix tremblante, elle les supplia :


"Allons Monseigneur et sa demoiselle, z'auriez bien une petite pièce pour une femme qui a perdu son mari à la guerre ? un brave qui en a tué dix pour sa propre vie, ajouta-t-elle à l'intention de Bastien. Je l'ai appris ce matin même", dit-elle à Cassandre, le regard humide comme si elle était vraiment désespérée.

Déjà, les yeux de Dosie en profitaient aussi pour inspecter plis et replis, espérant apercevoir quelque chose de valeur à extorquer.
Théodosie
Théodosie

Messages : 19
Date d'inscription : 29/05/2019
Localisation : Quelque part à Monbrina

Feuille de personnage
Lien vers votre fiche personnage:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

[12 Septembre 1597]  Le parvis Empty Re: [12 Septembre 1597] Le parvis

Message par Blanche des Roses le Jeu 30 Mai - 18:53

[12 Septembre 1597]  Le parvis Bastie20
Bastien Sicognac, 36 ans, intendant au lupanar

Bastien repéra longtemps avant cette femme qui venait de les aborder. En bon observateur, il scrutait le parvis avec une vigilance totale au cas où un grain de sable se mêle à sa mécanique huilée. Cette manante ne représentait pas là un grand danger. Il l'aurait bien houspillé et ordonné de les laisser tranquille mais craignait un scandale qui pourrait compromettre la mission. il sortit sa bourse et déposa quelques pièces à la mendiante. De toute façon, devant une église, la charité, cela ne se refusait pas.

D'une voix un peu froide, le dos raide, il dit :


"Voici de quoi payer deux ou trois repas. Cela devrait vous permettre de voir venir."

Il espéra que la femme disparaisse vite avec ces sous et cesse de les importuner.

[12 Septembre 1597]  Le parvis Cassan20
Cassandre, 12 ans, esclave au Lupanar

Face à cette pauvre femme qui disait avoir perdu son mari à la guerre, Cassandre s'apitoya et se désola de la savoir le ventre vide. Elle ne connaissait que trop ce sentiment ! Mais pas aujourd'hui. Aujourd'hui, Bastien lui avait offert un véritable repas. Avec du pain frais, du lait et du fromage ! Elle plongea sa main dans un ourlet de sa robe et sortit quelques tartines gardées quand son estomac aurait à nouveau faim. Elle les lui tendit, accompagné d'un sourire innocent.

"Je vous présente mes condoléances pour la perte de votre époux, madame, et je vous souhaite de retrouver une bonne situation. Surtout.... Si vous continuez à mendier comme ça, prenez garde. les autorités... Les autorités n'aiment pas les mendiants et... Enfin, vous pourriez être condamné à l'asservissement pour parasite."

La fillette leva la tête vers Bastien et sentit son agacement en dépit de sa mine impassible. Elle ne pouvait pas cependant laisser cette malheureusement. Ce ne serait pas chrétien.

"Je ne le connais pas encore très bien mais le père Thierry... Il parait que c'est un bon prêtre, gentil, qui s'occupe bien des mendiants. Il saura vous trouver une solution, j'en suis certaine."
Blanche des Roses
Blanche des Roses
Prostituée

Messages : 282
Date d'inscription : 28/10/2018
Age : 44
Localisation : Au lupanar

Feuille de personnage
Lien vers votre fiche personnage:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

[12 Septembre 1597]  Le parvis Empty Re: [12 Septembre 1597] Le parvis

Message par Théodosie le Jeu 30 Mai - 20:34

Le jeune homme avait sorti sa bourse si vite que Théodosie avait failli relever son dos par mégarde. Ce n'était pas habituel : ou bien ce coq était fort riche et il ne prêtait aucune importance à son argent ou bien il voulait la faire disparaître au plus vite. Et la gamine qui lui tendit ses tartines finirent d'éveiller la curiosité malveillante de la gitane. Jamais une enfant de bourgeois mangeant à sa faim n'aurait gardé de la nourriture en cachette. Il y avait quelque chose qui clochait et Théodosie était bien décidée à y mettre le nez dedans. Elle prit les mains de Cassandre dans les siennes :

"Que la Vierge vous garde. Si seulement il y avait un peu plus de bonnes âmes comme celle de votre père et la vôtre, la vie serait plus douce. Je garde votre conseil bien précieusement. Monseigneur Thierry oui, j'irais le voir."

En réalité, Théodosie préférait se tenir à l'écart des âmes charitables : ceux qui donnent le plus n'ont souvent pas grand-chose à offrir et encore moins à voler.

"Mais dites-moi messire, auriez-vous besoin de domestiques pour votre domaine ? Cela me sortirait de ma vie de parasite. Je travaille dur et en silence."

Surtout s'il y avait des choses de valeur à dérober.
Théodosie
Théodosie

Messages : 19
Date d'inscription : 29/05/2019
Localisation : Quelque part à Monbrina

Feuille de personnage
Lien vers votre fiche personnage:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

[12 Septembre 1597]  Le parvis Empty Re: [12 Septembre 1597] Le parvis

Message par Blanche des Roses le Jeu 30 Mai - 22:52

[12 Septembre 1597]  Le parvis Bastie20
Bastien Sicognac, 36 ans, intendant au lupanar

Bastien s'agaça de la liberté qu'avait osé prendre Cassandre. A quoi pensait-elle ? Vraiment, offrir de la nourriture à une misérable alors qu'elle-même magnait si peu ? Hier encore, Blanche l'avait puni, pour il ne savait quel prétexte à jeûner deux jours entiers. il avait passé outre cette interdiction, profitant du lupanar vide, pour la nourrir en cachette. Il ne savait résister à une enfant. Néanmoins, là cette situation l'ennuyait. Il ne voulait fréquenter davantage cette paria. Lui était un homme important, ou au moins en avait-il l'air !

Rapidement, il saisit la main de Cassandre et la tira en arrière.


"Il suffit ! Tu sais bien que tu ne dois pas parler aux inconnus. Qui sait ce que cette femme a comme maladie ? Crois-tu qu'on te paieras le docteur ?"

L'impudente continuait à lui tenir le crachoir. Elle essayait de se placer. Il lui répondit sèchement :


"Je regrette, madame, mais je n'ai point de domaine. je suis artisan. Un artisan qui gagne bien sa vie mais ne peut s'autoriser de folies. Allez donc voir le père Thierry comme il vous a été conseillé"

[12 Septembre 1597]  Le parvis Cassan20
Cassandre, 12 ans, esclave au Lupanar

Apeurée, Cassandre se recroquevilla au cri de Bastien et s'attendit à être frappée. il n'en fut rien. Il se contenta de la ramener en arrière et de l'écarter de la pauvre femme. Elle écouta son maître, sans rien dire, obéissant docilement.

Blanche des Roses
Blanche des Roses
Prostituée

Messages : 282
Date d'inscription : 28/10/2018
Age : 44
Localisation : Au lupanar

Feuille de personnage
Lien vers votre fiche personnage:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

[12 Septembre 1597]  Le parvis Empty Re: [12 Septembre 1597] Le parvis

Message par Irène d'Aubeville le Ven 31 Mai - 11:44

[12 Septembre 1597]  Le parvis Cardin24
Cardinal Matthieu Cassin, 31 ans


Matthieu ne savait plus vraiment où il en était. Tout à coup, tout s'était envolé ; sa mission, le pape, les infirmes... Ne restait qu'un sentiment amer d'être exclu. Pourquoi ? Pourquoi fallait-il qu'aucun d'entre eux ne comprenne ? Tout ce qu'il voulait c'est que ce monde se porte mieux, sans hérétiques, sans réformateurs, sans démons pour les tenter... Était-ce si mal ? Pourquoi refusait-il de l'entendre. Matthieu songea aux paroles de Thierry. Lui aussi, son grand-oncle lui avait parfois donné le fouet, mais c'était pour en faire un digne dépositaire de la foi, quelqu'un qui saurait, en berger, guider les brebis égarés.

Matthieu erra un moment dans les rues. Irène... sa propre sœur l'avait rejeté. Il secoua la tête. Il n'allait quand même pas s'affliger pour si peu. Et puis au fond, ce n'était pas sa faute. Entre le salut de son fils et son frère, le choix était vite fait... Ce maudit prêtre. Matthieu serra les poings. Ah, il pouvait toujours courir pour son aide à sortir de prison maintenant ! Qu'il y reste, cela fera du bien à tout le monde.

Sans s'en rendre compte, Matthieu était à présent arrivé au parvis de l'église. Il pencha la tête. Et si... après tout, personne n'en saurait rien. Et il avait le soutien de Sa Sainteté, qu'est-ce que ce pauvre petit insecte pouvait faire contre cela ? Décidé, Matthieu grimpa rapidement les marches. Il devait faire vite avant que les autres n'arrivent. Il trouva la porte encore ouverte. Avant d'entrer pourtant, il tourna la tête, sans savoir pourquoi. Il sentait qu'il n'était pas seul. Il remarqua alors dans une ruelle une homme avec deux femmes... Matthieu fronça le nez tant l'une et l'autre semblait de mauvaise vie. Il plissa les yeux. Cet homme... ce n'était pas celui de la boutique ? Celui qu'il avait renvoyé avec ses achats. Était-ce donc une des filles du marquis avec lui ? Que faisait-il ici ? S'était-il décidé à mener ces petites vaniteuses à l'église ? Pourtant, cela lui semblait étrange, sans qu'il sache pourquoi. Matthieu ne croyait pas vraiment à une coïncidence, surtout au vu de la façon dont il patientait dans cette ruelle. Les aurait-ils suivis ? Mais pourquoi ? Alexandre s'en méfiait déjà, peut-être ce petit sot n'avait-il pas complètement tort...
Irène d'Aubeville
Irène d'Aubeville

Messages : 294
Date d'inscription : 30/12/2018
Age : 29

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

[12 Septembre 1597]  Le parvis Empty Re: [12 Septembre 1597] Le parvis

Message par Blanche des Roses le Ven 31 Mai - 12:11

[12 Septembre 1597]  Le parvis Bastie20
Bastien Sicognac, 36 ans, intendant au lupanar

Tout en tentant de repousser cette insupportable femme qui les collait, Bastien continuait à observer le parvis et à veiller que rien de fâcheux ne s'introduise dans la mécanique de son plan. Justement... Il aperçut la pourpre rouge apparaitre. le cardinal de la boutique ! Il reconnaissait son air sévère et sa démarche importante. Son regard se dirigea vers lui. Avait-il pu le reconnaitre ? Bastien hésita sur la conduite à tenir et réfléchit à toute allure.

Lors de sa visite à la boutique, il portait une perruque blonde mais surtout son beau visage, si parfait, avait été recouvert de deux entailles tracées au maquillage. S'il pouvait reconnaitre les formes, l'apparence le sauverait. Il fallait jouer. Si le cardinal le voyait de près, il pourrait avoir des doutes. Qui plus est, c'était peut-être le moyen de se débarrasser de la manante.

Tirant la main de Cassandre pour la contraindre au silence, il héla ensuite le religieux :


"Holà monseigneur ! Pourriez-vous venir nous débarrasser de cette sangsue ? Elle nous colle alors nous venions de lui faire aumône"
Blanche des Roses
Blanche des Roses
Prostituée

Messages : 282
Date d'inscription : 28/10/2018
Age : 44
Localisation : Au lupanar

Feuille de personnage
Lien vers votre fiche personnage:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

[12 Septembre 1597]  Le parvis Empty Re: [12 Septembre 1597] Le parvis

Message par Théodosie le Ven 31 Mai - 19:21

Spoiler:
Comment ça se passe si je veux tenter de voler la bourse de Bastien ? Faut que je lance des dés, mais lesquels ?

Apparemment, Théodosie avait épuisé toute la charité de ces bons chrétiens. « Le puits n’était pas si profond finalement. » Et surtout, on lui demandait de déguerpir avec rien de plus à se mettre sous la dent. Mais que voilà un beau cardinal bien habillé que le jeune homme appelait comme s’il le connaissait. Théodosie aurait préféré déguerpir, mais son instinct lui dictait de rester encore un peu… enfin, surtout la bourse qui pendait au côté du gredin qui venait de la traiter de sangsue. Non, mais il s’était vu lui avec ses petits yeux porcins et ses lèvres de poupon ?
Théodosie fit un pas de côté de sorte à se préparer à dérober la bourse de Bastien, mais avant il fallait au moins faire un coup d’éclat :


" Oh Monseigneur, acceptez les excuses de l’affreuse pècheresse que je suis. Mais qui faut-il blâmer vraiment dans cette histoire ? Celui qui reçoit ou celui qui donne ? Il n’y aurait pas de mendiant si personne ne leur donnait ! Je suis grande pratiquante de la seule vraie Foi et ne fait que suivre les préceptes que le Christ nous a appris. A l’image de la multiplication des pains, je ne peux qu’accepter les offrandes qui me sont faites, car qui suis-je pour les refuser ? D’ailleurs cette enfant, m’a donné des tartines qu’elle avait cachées dans sa robe, regardez. Théodosie les montre au cardinal. Soit cette petite a fait péché de gourmandise, soit-on ne la nourrit pas suffisamment. Mais dans les deux cas, l’on pourrait se demander qui a le plus à se reprocher dans cette histoire. "
Théodosie
Théodosie

Messages : 19
Date d'inscription : 29/05/2019
Localisation : Quelque part à Monbrina

Feuille de personnage
Lien vers votre fiche personnage:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

[12 Septembre 1597]  Le parvis Empty Re: [12 Septembre 1597] Le parvis

Message par Blanche des Roses le Ven 31 Mai - 20:09

Spoiler:
Oh oh la margoulin rire
En plus, Bastien n'est pas fort en capacité physique donc il pourrait se laisser prendre facilement
Il suffit de lancer le dé en audace Wink
Je te laisse jouer ça, d'accord ? En et même temps j’attends la réponse du cardinal avant de répondre Smile
Blanche des Roses
Blanche des Roses
Prostituée

Messages : 282
Date d'inscription : 28/10/2018
Age : 44
Localisation : Au lupanar

Feuille de personnage
Lien vers votre fiche personnage:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

[12 Septembre 1597]  Le parvis Empty Re: [12 Septembre 1597] Le parvis

Message par Théodosie le Ven 31 Mai - 23:08

Spoiler:
Elle va attendre un peu avant de faire l'action, ça dépendra des actions du cardinal.
Théodosie
Théodosie

Messages : 19
Date d'inscription : 29/05/2019
Localisation : Quelque part à Monbrina

Feuille de personnage
Lien vers votre fiche personnage:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

[12 Septembre 1597]  Le parvis Empty Re: [12 Septembre 1597] Le parvis

Message par Irène d'Aubeville le Sam 1 Juin - 12:12

[12 Septembre 1597]  Le parvis Cardin24
Cardinal Matthieu Cassin, 31 ans


Matthieu redressa le menton, se dressant de toute sa stature depuis le haut des marches. Il consentit finalement à descendre. En se rapprochant, il plissa les yeux. Était-ce vraiment le client de tantôt ou un autre. Ne préférant pas faire de confusion, il ne hasarda rien et se contenta de jauger la situation. La sarrasine ne lui inspirait guère confiance. Ces gens-là avaient le diable au corps, avec moins d'innocence et de possibilité d'être sauvé que les infirmes. Il darda sur eux tous un regard inquisiteur, prenant d'abord à parti celui qui l'avait appelé.

- Qu'y a-t-il donc mon fils ? Cette femme tenterait-t-elle de vous voler ?

Ces bohémiens ne juraient que par cela. Cependant, voilà que la fille se met aussi à parler pour se défendre. Matthieu hausse un sourcil. Il fut étonnée de la voir si inspirée par les principes de la Bible, à moins que ce ne soit un leurre et de belles paroles destinées à endormir sa vigilance. Il observa aussi la fille près de Bastien. Il renifla en direction de la sarrasine.

- Soit, grand bien vous fasse d'être tournée dans le droit chemin. M'est d'avis que vous devriez en ce cas aller prier Notre Seigneur de l'acte généreux de cet homme qui vous permettra de manger à votre faim. Quant à cette petite, je m'en occuperai.

Il fit un signe de tête en direction de l'église pour lui faire comprendre qu'il valait mieux pour elle qu'elle ne traine pas. Une fois cette affaire réglée, il reviendrait aux siennes.
Irène d'Aubeville
Irène d'Aubeville

Messages : 294
Date d'inscription : 30/12/2018
Age : 29

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

[12 Septembre 1597]  Le parvis Empty Re: [12 Septembre 1597] Le parvis

Message par Blanche des Roses le Sam 1 Juin - 13:31

[12 Septembre 1597]  Le parvis Cassan20

Cassandre, 12 ans, esclave au Lupanar


A l'approche du cardinal, Cassandre baissa la tête et devina que c'était le maître des deux esclaves dont Bastien lui avait longuement parlé. Il lui avait soufflé aussi un plan pour parer cette situation. Décidément, il prévoyait tout. La fille s'inclina devant le saint homme et réalisa une révérence polie.

"Bonjour, monseigneur. M'excuseriez-vous de vous fausser compagnie ? Je dos aller prier. Sinon maman... Maman ne reviendra pas."

Elle leva d'un air faussement craintif vers Bastien et murmura :

"Je peux, monsieur Thomas, n'est-ce pas ?"

A la suite d'un rapidement hochement de tête de la part de son accompagnateur, la petite esclave quitta vite les adultes et s'avança vers l'église en sautillant joyeusement sur les pavés. Elle passa vite les portes et disparut derrière.

[12 Septembre 1597]  Le parvis Bastie20

Bastien Sicognac, 36 ans, intendant au lupanar

Une fois Cassandre partie, Bastien ressentit une profonde satisfaction de constater le début du plan se mettre bien en place. Il s'agaça cependant des accusations que cette pénible bohémienne osait proclamer. Au moins, le cardinal ne le reconnaissait pas. Grâce au travestissement de tout à l'heure, il était méconnaissable sous sa véritable apparence. Il feignit alors la colère tout en ne haussant qu'assez peu la voix :

"Pardon ? De quoi accusez cette malheureuse enfant ? Pour votre gouverne, madame, cette fillette m'a été confié il y a quelques mois de cela par sa mère. Une pauvre femme, qui comme vous-même a perdu son époux à la guerre, et qui ne savait comment se placer avec une enfant à charge. On lui refusait toutes ses démarches. Je l'ai rencontré un jour et proposé de prendre soin de sa petite Cassandre le temps qu'elle trouve un bon emploi et puisse faire des économies qui lui permettrait de vivre toutes deux décemment. Cette pauvre enfant... Elle considère sans cesse être un poids pour moi, essaie de faire mille petites chose, se prive de nourriture si je ne prends pas garde car elle considère être une bouche supplémentaire.. La chère enfant ! Et vous, vous, madame, vous l'accusez de péché ? J'ai honte pour vous !"

L'air pincé, il toisait avec sévérité la maudite manante, d'une attitude fière et dominatrice, certain d'être dans le bon droit. Ce cardinal ne pourrait lui donner tort à lui. Impossible.
Blanche des Roses
Blanche des Roses
Prostituée

Messages : 282
Date d'inscription : 28/10/2018
Age : 44
Localisation : Au lupanar

Feuille de personnage
Lien vers votre fiche personnage:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

[12 Septembre 1597]  Le parvis Empty Re: [12 Septembre 1597] Le parvis

Message par Thierry d'Anjou le Sam 1 Juin - 13:50

Thierry avait marché à un rythme raide en passant par les ruelles pour prendre le chemin le plus court afin de rejoindre l'église. Une fois sur le parvis, il contempla avec émotion l'édifice. Dans les premiers temps de son affectation, il détestait ce lieu, symbole de sa perdition et de sa dégradation. Il s'y tait peu à peu fait et avait pris ses marques. Aujourd'hui, l'élise était devenue sa maison, peut-être même davantage qu'au sein du petit château de son enfance.

Une enfant poussait la porte et entrait à l'intérieur. Seule. Elle devait ressentir le besoin de prier. Cette pensée l'attrista. Les enfants qui éprouvaient une telle démarche étaient ceux en grande souffrante, confrontés aux pires difficultés. Il voulut la retrouver, lui parler, quand son regard accrocha une silhouette plus familière. près d'une ruelle se tenait le cardinal Cassain en discussion avec une bohémienne et un homme, en apparence, de bonne réputation. Son ventre se tordit. Il était à nouveau là. Comme un châtiment d'avoir osé braver si durement l'interdit. A moins d'un signe ? Le véritable courage ne serait-il pas de s’avancer et de présenter des excuses ? Ne s'agirait-il pas d'une épreuve de plus envoyée par Dieu ? Par ailleurs, ce pourrait être un bon calcul pour dégoupiller la menace qu'il pourrait devenir.

Malgré la peur qui lui nouait les entrailles, Thierry marcha à pas lents vers le cardinal. Il patienta quelques instants, craintif, puis rassembla son courage et osa :


"Je vous prie de bien vouloir m'excuser pour ma conduite inqualifiable de tout à l'heure, monseigneur. mes mots ont dépassé ma pensée. C'est que... Comment me justifier ? Depuis que je vous ait connu, votre image se confond avec ce religieux qui m'a formé, qui m'a terrorisé... Vous n'en avez peut-être conscience mais nos mots, tous ceux que nous pouvons employer, en croyant avoir avoir raison, peuvent devenir des armes faisant plus mal que la plus aiguisée des épées."

Les épaules tassées, le dos vouté, il redoutait sa réaction. Comment serait-il reçu ? Il décida d'invoquer un autre argument pour sceller la paix :

"Oublions cet incident et essayons de construire une relation plus saine, sur de meilleures bases. En symbole de paix, pour oublier ces différents ridicules, que diriez-vous de célébrer ensemble le baptême de votre neveu ? En tant qu'oncle, cela aurait bien plus de poids si vous prononciez le sermon."
Thierry d'Anjou
Thierry d'Anjou
Prêtre

Messages : 378
Date d'inscription : 15/10/2018
Age : 46
Localisation : Brakteen

Feuille de personnage
Lien vers votre fiche personnage:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

[12 Septembre 1597]  Le parvis Empty Re: [12 Septembre 1597] Le parvis

Message par Théodosie le Lun 3 Juin - 20:46

Il semblait fort à Théodosie que la quémande se transformait en une réunion improvisée devant l’église. Cela ne lui plaisait guère, car l’unique objectif qui l’avait conduite à rester, c’était bien la bourse de « monsieur Thomas. » Trois hommes, trois bourses certes, mais surtout, trois paires d’yeux pour surveiller ses mains baladeuses. Le cardinal la prenait de haut évidemment : elle aussi aurait fait pareil si elle pouvait péter dans la soie. Quand au sieur Thomas, il lui braillait dessus pour avoir osé émettre quelques soupçons sur sa gamine. Et pouf ! En voilà un autre qui apparaissait. Le cardinal attirait l’œil décidément.
Théodosie renonça à répondre à son donateur, mais nota cependant une étrangeté dans son discours : si cette enfant se privait, pourquoi aurait-elle caché de quoi grignoter pour plus tard ?
Ecoutant le nouvel homme discuter avec le clerc, Théodosie songea qu’il était effectivement peut-être temps de prendre congé et « d’aller prier » comme disait l’autre. Mais pas avant de mettre un peu de pagaille.

« Ah, cher cardinal, vous avez tout à fait raison, il est temps que je vous abandonne et vous laisse à vos affaires d’hommes. Il ne me reste plus qu’à trouver le père Thierry dont la fille de ce monsieur m’a parlée. Une âme charitable qui s’occupe des parasites comme moi : qu’il est bon de savoir que l’Eglise prend pitié de nous, pauvres pêcheurs ! »
Théodosie
Théodosie

Messages : 19
Date d'inscription : 29/05/2019
Localisation : Quelque part à Monbrina

Feuille de personnage
Lien vers votre fiche personnage:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

[12 Septembre 1597]  Le parvis Empty Re: [12 Septembre 1597] Le parvis

Message par Irène d'Aubeville le Mar 4 Juin - 18:59

[12 Septembre 1597]  Le parvis Cardin24
Cardinal Matthieu Cassin, 31 ans



Matthieu vit à peine la petite filer entre ses pattes, trop occupé avec la femme qui ne lui inspirait guère confiance. Il écouta non sans un ennui qu'il dissimula habilement la harangue du "Monsieur Thomas" donc ce n'était pas le client de tout à l'heure. Il avait dû rêver... Il fut satisfait que l'homme finisse son éloge de la petite mais releva comme Théodosie l'incohérence apparente. Pourquoi cette fillette avait donc ces tartines ? A moins que cette femme ne les ai inventé. Matthieu eut soudain un doute. Cela ressemblait à un discours monté de toute pièce. Et si la peur d'Alexandre était justifié ? Si cet homme était un espion ? D'ailleurs, il était bien dans une ruelle près de l'église, là où devraient passer ses esclaves... mais pourquoi ? Qu'est-ce qu'il avait de spécial ? Matthieu fronça les sourcils.

Heureusement, la sarrasine paraissait raisonnable. Il hocha la tête et étendit la main comme pour la bénir.

- Que le Seigneur vous accompagne dans votre prière.

Matthieu sentit alors une présence dans son dos et trouva Thierry. Sa colère menaça de le submerger. Il n'avait pas assez fait de l'avoir humilié devant sa propre sœur ? Il fallait aussi qu'il vienne le narguer ? Mais au lieu de se moquer, le prêtre se mit à se confondre en excuses. Matthieu renifla, encore animé par la rancœur.

- Dieu seul juge nos actes. Il faudra aussi vous excuser surtout auprès de lui. En ce qui me concerne, je suivrais la Bible en ce qui concerne les offenses.

Il serrait tout de même avec rage les dents. Il avait dû s'aplatir devant ce vulgaire prêtre, lui, un envoyé du pape ! L'orgueil était un péché mais là, cela restait une insulte. S'il trouvait le moyen, il n'en resterait pas là, mais pour l'instant, il lui fallait sauver les apparences, surtout en présence de fidèles. Il glissa un regard moins dur vers le père Thierry quant à sa proposition de baptême. Cependant il se ravisa très vite. Lui, prononcer le sermon ? Irène ne voudrait jamais et Joseph n'en serait pas plus heureux. Il se redressa, le regard devant lui.

- Si je suis déjà accepté à la cérémonie, je m'en contenterai. Irène n'apprécie pas mes sermons et c'est vous qu'elle a choisi. Je resterai simplement pour mon neveu.

Il se retourna en direction de l'église, espérant que les deux autres ne les retiendraient pas trop longtemps.


Dernière édition par Irène d'Aubeville le Mer 5 Juin - 16:05, édité 1 fois
Irène d'Aubeville
Irène d'Aubeville

Messages : 294
Date d'inscription : 30/12/2018
Age : 29

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

[12 Septembre 1597]  Le parvis Empty Re: [12 Septembre 1597] Le parvis

Message par Thierry d'Anjou le Mar 4 Juin - 19:29

Pendant qu'il s'adressait au cardinal, Thierry finit par remarquer la présence d'une bohémienne. Sa méfiance s'éveilla. Ces gens-là étaient tous des voleurs. La dernière fois qu'ils en avaient vu sur ce parvis, un calice et une belle croix en or avaient disparu quelques jours plus tôt de l'église. Procédait-elle à des repérages en vue d'un futur vol ? Possible. Probable même. Il évita de la regarder. Ne pas montrer son intérêt ou qu'il l'avait remarqué. Il continua ainsi à fixer le cardinal, nerveux.

Son interlocuteur ne lui pardonnait pas son effronterie de tout à l'heure. Il s'en doutait. Malgré ses belles paroles, prononcées pour plaire au public des fidèles, il n'en pensait aucune. le prêtre courba la tête et répondit :


"Je ne manquerai pas de les lui présenter lors de mes prochaines prières, oui. Je songe également à me confesser auprès d'un de mes confrères qui me donnera, je l’espère, l'absolution."

Thierry préféra ne pas insister davantage. Rester humble serait assurément sa meilleure carte. Il eut cependant l'idée de revenir sur la relation complexe que l cardinal entretenait avec Irène. peut-être... Il pouvait essayer.

"Cela me navre toujours de voir des frères et sœurs se quereller ainsi. La Bible dit que nous sommes tous frères mais les liens de sang, ceux tissés dans l'enfance avec nos frères et sœurs, devraient être les plus précieux. On ne sait jamais si..."

Son regard se voila soudain. son cœur se serra en se remémorant de sa pauvre déchue, abandonnée à une vie indigne d'elle. Ses poings se serrèrent. Becky.... si seulement il n'avait pas été lâche, s'il avait cherché à savoir plutôt que de se persuader qu'elle était déjà morte. il poursuivit d’une voix qui laissait échapper une émotion sincère et troublée :

"Quand j'ai eu quinze ans, j'ai été forcé de quitter ma famille pour entrer dans les ordres. Contre mon gré le plus total. j'avais une petite sœur que je chérissais plus que tout au monde. Je ne l'ai jamais revu. Elle... Elle a disparu. disparu au moment où notre famille a été ruiné. Vous ne pouvez imaginer ce qu'est de continuer à vivre sans elle. C'est pourquoi je suis sensible à ces histoires. et si.. et si j'essayais de convaincre Irène ? Je suis certaine qu'au fond, elle et vous, détestaient être en mauvais termes, vous ne savez juste pas comment communiquer ensemble."

Sur ces paroles, Thierry emboita le pas du cardinal et s'avança vers l'église. il était temps de se préparer.

Spoiler:
Pour le baptême, on crée un nouveau topic ou non ?


Thierry d'Anjou
Thierry d'Anjou
Prêtre

Messages : 378
Date d'inscription : 15/10/2018
Age : 46
Localisation : Brakteen

Feuille de personnage
Lien vers votre fiche personnage:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

[12 Septembre 1597]  Le parvis Empty Re: [12 Septembre 1597] Le parvis

Message par Blanche des Roses le Mar 4 Juin - 19:36

[12 Septembre 1597]  Le parvis Bastie20
Bastien Sicognac, 36 ans, intendant au lupanar

Bastien profita de l'intermède que lui servit le père Thierry afin de se retirer discrètement. Alors qu'il passait près de la manante dont il avait un ma fou à se débarrasser, une envie le démangea. Son pied partit et tapa la cheville. En douceur. personne ne le remarquerait. Par ailleurs, si on l'accusait, il prétendrait ne pas l'avoir vu et s'excuserait.

[lancer de dés : Quelqu'un remarque t-il Bastien faire ce croche-pied ?
Réussite : il se barre sans qu'on n'ait vu qu'on se soit échec : il se barre toujours mais un personnage au moins le remarque]
Blanche des Roses
Blanche des Roses
Prostituée

Messages : 282
Date d'inscription : 28/10/2018
Age : 44
Localisation : Au lupanar

Feuille de personnage
Lien vers votre fiche personnage:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

[12 Septembre 1597]  Le parvis Empty Re: [12 Septembre 1597] Le parvis

Message par Fatum le Mar 4 Juin - 19:36

Le membre 'Blanche des Roses' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Audace' :
[12 Septembre 1597]  Le parvis Echec10
Fatum
Fatum
Admin
Admin

Messages : 260
Date d'inscription : 10/10/2018
Age : 26
Localisation : Grenoble

Voir le profil de l'utilisateur http://lapourpreetlaroue.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

[12 Septembre 1597]  Le parvis Empty Re: [12 Septembre 1597] Le parvis

Message par Blanche des Roses le Mar 4 Juin - 20:01

Spoiler:
Oh, le vilain trou du cul a fait échec clown

Satisfait de ce petit tour mesquin Bastien s'éloigna, croyant ne pas avoir été surpris et s'avança jusqu'à un banc de pierres adossé à une maison proche de l'église. Il s'assit et sortit un bréviaire des saints, s’employant à paraitre imprégné par sa lecture. Il relevait de temps en temps la tête, comme s'il attendait quelqu'un Si on venait l'interroger, il savait déjà la réponse à donner : il avait fixé rendez-vous ici à un fournisseur pour le conduire ensuite à son échoppe. Ses pensées s'orientèrent vers la petite Cassandre. pourvu qu'elle réussisse sa mission !
Blanche des Roses
Blanche des Roses
Prostituée

Messages : 282
Date d'inscription : 28/10/2018
Age : 44
Localisation : Au lupanar

Feuille de personnage
Lien vers votre fiche personnage:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

[12 Septembre 1597]  Le parvis Empty Re: [12 Septembre 1597] Le parvis

Message par Le Cent-Visages le Mer 5 Juin - 10:10

Spoiler:
Yes on pourra ouvrir un nouveau topic pour l'intérieur de l'église et l'événement Smile


[12 Septembre 1597]  Le parvis Lzoniu10

Lénius, troubadour difforme en fauteuil roulant, 27 ans


Derrière le masque d'amuseur toujours cousu à sa face, peu d'entrain. Les roues suivaient leur routine le long des routes inchangées : celles où se pouvaient cueillir l'auditeur, quelques grappes de spectateurs et menues pécunes. Un baptême, disait-on, allait occuper l'édifice aujourd'hui. Aussi la gargouille avait-elle pris soin de se réserver un poste non loin de l'église - pas trop loin pour appâter le badaud, pas trop près non plus attendues le zèle mis par quelques robes pourpres à chasser les créatures dans son genre, ou dans celui de Tristan. Tristan... Le nom de son ami tournait dans ses pensées. Cruellement marqué, Lénius l'était aussi, à l'instar de l'épaule du compagnon vendu comme esclave. Colère corsetée entre ses poings, ou au fond de sa gorge, le troubadour menait ses habituels numéros, chantait, amassait son argent, tandis que dans le secret il n'attendait que de revoir Tristan. Et à la longue si Diable le voulait, de lui offrir l'opportunité de châtier ceux qui avaient fait cela. Lénius songea alors de nouveau aux paroles d'Alexandre, prêt à accorder au seigneur de Frenn une seconde chance. Le petit béquilleux l'avait supplié de n'amorcer contre lui aucune vengeance. La gargouille verrait bien. Cela dépendrait du baron et de son comportement à l'avenir.
Il venait de chanter quelques ballades et, pécunes empochées, roula jusqu'au pied de l'église où il semblait y avoir une certaine animation. Perçantes derrière le verre de ses bésicles, ses pupilles découvrirent un jouvenceau bien mis de sa personne et une pauvre Égyptienne. Une qui avait dû venir mendier. Se tenait aussi près d'eux le père Thierry, que Lénius salua de loin d'un hochement de tête. L'homme difforme était arrivé trop tard pour entendre les paroles des uns et des autres, mais assez tôt pour voir le mignonnet faire un croc-en-jambe à la gitane. L'infirme eut un bref recul et ne se retint pas de héler :

-- Messire vient-il à l'église se repentir de sa maladresse ou bien de sa mauvaiseté ? Qu'a donc fait cette bohémienne ?

Il adressa un coup d’œil à cette dernière, notant son regard charbonneux et des charmes qui, derrière la crasse, devaient en enivrer plus d'un. Espiègle, à elle aussi il lui sourit de tout le chantier de ses dents.


[12 Septembre 1597]  Le parvis Trista19

Tristan, esclave, 15 ans


Pendant ce temps, la piètre chariote s'ouvrait un passage entre les venelles. Tristan sifflotait et, lorsque les pavés le permettaient à peu près, faisait ondoyer son trajet dans une ébauche de danse prompte à amuser la petite Grâce bien postée sur ses genoux. Du monde occupait déjà le parvis : Thierry, un autre homme assis - et une femme dont la peau cuivrée laissa immédiatement deviner à l'esclave l’entrelacs d'histoires et d'origines qui devaient être les siennes. Combien de soleils avaient peint sur sa peau ? Combien de terres noires avaient foulé ses pieds qui en partageaient à présent la saleté ? Une diseuse de bonne aventure, une mendiante peut-être, ou une voleuse... Pour avoir traîné bien longtemps dans les rues de Braktenn, Tristan ne l'y avait encore jamais croisée. Il lui aurait souri si elle venait à tourner l’œil dans sa direction, quand soudain le croche pied qui l'attaquait engendra une moue lasse aux lèvres de l'esclave.
Tout à coup une voix. Sonore et assurée, sonnant comme une lame. La sienne ! Lénius ! Tristan se pencha en avant pour scruter le décor et le vit, bien là. Ses pupilles s'allumèrent d'un éclat dansant. Tout servile qu'il était à présent et au mépris de ce qu'on en penserait, Tristan appela fort :

-- Lénius ! Oh, toi là... C'que j'suis heureux !

Ses derniers sons s'effilochèrent dans quelques larmes de bonheur. Il renifla et tremblota, en oubliant un instant Grâce sur ses genoux.
Le Cent-Visages
Le Cent-Visages
Gestion des PNJ
Gestion des PNJ

Messages : 802
Date d'inscription : 14/10/2018
Age : 29
Localisation : Partout et nulle part

Feuille de personnage
Lien vers votre fiche personnage:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

[12 Septembre 1597]  Le parvis Empty Re: [12 Septembre 1597] Le parvis

Message par Blanche des Roses le Mer 5 Juin - 11:05

[12 Septembre 1597]  Le parvis Bastie20
Bastien Sicognac, 36 ans, intendant au lupanar

Tout en simulant de s'intéresser au bréviaire des Saints, Bastien observait discrètement le parvis. Les habituels badauds occupaient l'espace. Plusieurs parlaient entre eux, rapportant sans doute quelques commérages. Des enfants s'amusaient à faire une ronde ou à courir entre les jambes des adultes. Près de l'église, des mendiants demandaient misérablement l'aumône. Rien qui ne sortait de l'ordinaire. Un infirme difforme surgit et commença un numéro de troubadour. Il chantait plutôt bien. Cela Bastien le reconnaissait. Mais ce visage, ce corps.. Malgré lui, l’intendant ne pouvait s'empêcher de relever la tête et de le fixer avec un profond dégoût. Comment un homme pouvait-il être si laid ? Quels parents avaient donné le jour à une telle créature ? A leur place, il aurait jeté au feu un bébé aussi monstrueux. Parfois, des prostituées au Lupanar mettaient au monde des enfants. Dans l'heure qui suivait l'accouchement, il montait chercher le nouveau-né. S'il était en bonne santé, il le déposait devant un orphelinat. Autrement, s'il y avait signe d'une malformation, même légère, il l'étouffait puis déposait son corps dans la cheminée de la salle principale. A quoi bon lui offrir la vie à un être qui aurait du mal à survivre ?

Brusquement, un cri l'arracha à ces réflexions. Il tourna la tête et aperçut le petit infirme, aux traits magnifiques, lui, qui hélait le monstre. Qui avait autorisé à cet esclave une telle liberté ? Bastien jugea toutefois préférable de ne pas lui accorder trop attention. Le cardinal ne l'avait pas reconnu. Il devait continuer. Il ne prit même pas la peine de vérifier si le béquilleux était là lui aussi et baissa la tête vers le bréviaire. De toute façon, quel intérêt ? Son plan consistait à récupérer l'autre esclave. Le mignon Alexandre viendrait de lui-même en remuant bien gentiment la queue.

Soudain, le monstre l'interpela et l'accusait d'avoir bousculé cette maudite gitane. Cette bougre de femme allait-elle le poursuivre toute la santé ? Il ne montra naturellement aucun signe de son agacement en relevant la tête et simula l'étonnement.


"Pardon ? De quoi me parles-tu, drôle ? La bohémienne.. mais je n'ai rien fait à cette bohémienne. Bien au contraire, je lui ait accordé une très généreuse aumône. Qu'est-ce que donc que cette farce ?"
Blanche des Roses
Blanche des Roses
Prostituée

Messages : 282
Date d'inscription : 28/10/2018
Age : 44
Localisation : Au lupanar

Feuille de personnage
Lien vers votre fiche personnage:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

[12 Septembre 1597]  Le parvis Empty Re: [12 Septembre 1597] Le parvis

Message par Alexandre le Mer 5 Juin - 11:17

Le dos voûté, toujours ployé sous la culpabilité, Alexandre fermait la marche et suivait le groupe, la mine basse. Tristan et Grace jouaient ensemble et semblaient passer un bon moment. Le rire de son amant lui brisait le cœur. Il n'avait pas besoin de lui pour être heureux. Naturellement. Tristan se serait bien mieux porté sans l'avoir connu. Il serait toujours libre. Il n'aurait pas été torturé non plus, ni humilié. Il ne lui attirait que des ennuis. Pourtant, à lui, Tristan apportait le bonheur, la légèreté, la complicité.. sa présence était une douce respiration apaisante. Néanmoins, le garder à ses côtés, après toutes leurs mésaventures, ce serait du pur égoïsme. Ce serait bien plus profitable pour son amant de sortir de sa vie. Même si lui pleurerait longtemps son absence.

En arrivant sur le parvis; la première chose que vit Alexandre fut la robe pourpre du cardinal Matthieu puis son père qui tenait à ses cotés. ils allaient entrer ensemble dans l'église.  Par quel miracle ? Son père serait-il assez doué pour retourner un tel homme ? Il sursauta ensuite des cris de Tristan et tourna la tête. Lénius se trouvait là lui aussi. Instinctivement, Alexandre recula. Pourvu que Lénius ne vienne pas. Pourvu qu'il ne lui parle pas. S'il lui répondait.. Il secoua avec nervosité la tête. Il ne pouvait répondre et encore moins montrer leurs liens d'amitié. Pas devant son maître. Face au cardinal, il lui fallait être irréprochable.

Craintif de la suite des événements, Alexandre entendit alors Lénius s'intéresser à un homme assis sur un banc qui aurait ennuyé une bohémienne. Il réprima un soupir de soulagement. Au moins, il ne viendrait pas vers eux.
Alexandre
Alexandre
Esclave domestique

Messages : 545
Date d'inscription : 14/10/2018
Age : 20
Localisation : Nérée

Feuille de personnage
Lien vers votre fiche personnage:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

[12 Septembre 1597]  Le parvis Empty Re: [12 Septembre 1597] Le parvis

Message par Irène d'Aubeville le Mer 5 Juin - 16:22

[12 Septembre 1597]  Le parvis Cardin24
Cardinal Matthieu Cassin, 31 ans


Matthieu poussa un gros soupir. Il ne savait pas vraiment pourquoi... Mais il n'écoutait que d'une oreille. Il s'émut à peine de l'histoire de Thierry. Surtout, quand il vit La petite troupe du baptême arriver.

- Eh bien... je suis navrée pour votre sœur. Dieu préserve la mienne, Irène peut parfois s'attirer des ennuis, surtout en aidant tous les chats abandonnés...

De nouveau, il soupira.

- Nous ne nous détestons pas, notre mère nous a fait promettre de garder notre affection l'un avec l'autre en dépit de nos... divergences d'opinion. Dieu merci nous gardons le sens de la famille.

Il ne fit pas vraiment attention à la bohémienne et encore moins à Lénius. il songea davantage à fuir à l'intérieur de l'église avant que sa soeur n'arrive. Il se tourna une dernière fois vers Thierry.

- J'espère que ma sœur a fait un bon choix. Pour ma part, je me contenterai d'être spectateur.

Il partit alors à grandes enjambées pour disparaître derrière la porte de l'église.

Irène arriva au bras de Juan. Elle paraissait avoir retrouvé un semblant de sourire avec son ami. Juan lui parlait doucement, tout près de l'oreille et cela paraissait la faire rire. Grâce aussi s'amusait bien sur les genoux de Tristan. Elle avait commencé à chanter puis avait finit par juste jouer avec Tristan. Ce dernier tourna alors. Grâce cligna des yeux en voyant la gargouille qu'elle avait déjà aperçut. Elle regarda Tristan, puis Lénius et sauta du fauteuil, soucieuse d'être polie.

- Bonjour. Dites, vous êtes un ami de Tristan ?
Irène d'Aubeville
Irène d'Aubeville

Messages : 294
Date d'inscription : 30/12/2018
Age : 29

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

[12 Septembre 1597]  Le parvis Empty Re: [12 Septembre 1597] Le parvis

Message par Thierry d'Anjou le Jeu 6 Juin - 17:46

Le cardinal écoutait à peine son histoire. il ne s'y intéressait pas. il refusait de prendre en compte ses sentiments et ses conseils. La révolte grondait à nouveau en son âme mais Thierry l'étouffait. Il était véritablement digne d'être le successeur de ce maudit révérend père. Le prêtre ne répondit pas et se contenta d'opiner très légèrement de la tête, puis fut soulagé de le voir disparaitre de sa vue.

Thierry s'apprêta à suivre le même chemin quand les cris de Tristan résonnèrent à ses oreilles. Il tourna la tête et aperçut la famille au loin qui venait d'arriver. Son regard remarqua peu après la présence de Lénius. Il se retourna, décidé à entrer vite dans l'église pour préparer rapidement le baptême. Son attention fut notamment troublé par d'autres cris : cette fois ceux de Lénius. Intrigué, le prêtre tourna la tête et vit le troubadour accuser un homme assis sur un banc, un livre sur les genoux, qui aurait commis une maladresse vis-à-vis de la bohémienne aperçue quelques instants plus tôt. Il préféra ne pas se mêler de cette histoire. Lénius n'inventait-il pas quelques fables pour amuser le public ? Ou autrement, l'homme interpelé avait peut-être sciemment attaqué cette bohémienne, soit par mépris, soit car elle lui aurait fait une crasse. ou alors l'infortuné homme avait commis une simple maladresse. il s'abstint d'intervenir dans un cas si complexe. De toute façon, les soldats qui l'escortaient et allaient attendre sur ce parvis se chargeraient de régler les choses si du trouble commençait à agiter le parvis.

Sur ce, le prêtre termina sa route vers l'église et entra.

Thierry d'Anjou
Thierry d'Anjou
Prêtre

Messages : 378
Date d'inscription : 15/10/2018
Age : 46
Localisation : Brakteen

Feuille de personnage
Lien vers votre fiche personnage:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

[12 Septembre 1597]  Le parvis Empty Re: [12 Septembre 1597] Le parvis

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum