Le Deal du moment : -50%
-50% sur les tongs Havaianas Brasil en noir
Voir le deal
11 €

[14 octobre 1597] Pour une tasse de thé

Aller en bas

[14 octobre 1597] Pour une tasse de thé Empty [14 octobre 1597] Pour une tasse de thé

Message par Adalheidis Nal'Harraq le Mer 13 Mai - 15:58

Ce jour était couvert, mais pas autant qu’on l’aurait songé d’un jour d’octobre en Monbrina : on devinait aisément le soleil derrière la fine couche de nuage qui recouvrait le ciel. Ce n’était pas non plus un temps étouffant, ou trop humide, mais pour une personne comme Adalheidis, habituée au lourd soleil de Djerdan, la température était malgré tout très fraîche et elle ne pouvait guère sortir dans son jardin sans un châle sur les épaules, même pour quelques minutes. Admirant les dernières fleurs de l’années avant qu’elles ne finissent par toutes faner à l’approche de l’hiver, elle regarda pensive les feuilles sur le sol tombées après le passage de ses serviteurs.

« Ma Dame, vous étiez donc là. » déclara une voix qui s’approchait d’elle. Une voix lente, malgré la pression qu’on pouvait très clairement entendre dans son ton.

Oh il méritait cette pression : Qeneb était son intendant, et sur ses épaules pesaient tout le bon fonctionnement de cette maisonnée ici, dans un pays aussi hostile et mauvais que Monbrina. Adalheidis ne se retournait pas vers lui – elle n’était pas intéressée à l’idée de le voir faire la révérence ou non – mais elle releva légèrement la tête, signe qu’il avait son attention.

« Tout est prêt pour vos invités, ma Dame. »

« Bien. Et Emisekhet ? »

Sa jeune sœur qui s’était retrouvée – les dieux seuls savaient comment ou pourquoi – dans ce pays grotesque, accompagnée d’un hors-la-loi qui avait été le seul à prendre soin d’elle pendant le voyage. Les hommes qui l’accompagnaient avant cela furent tués, et pendant toute la traversée, pas une seule patrouille de Monbrina n’avait été croisée. Encore maintenant, quelques jours après cet incident, Adalheidis sentait la colère monter quand elle y repensait. Pas un seul garde. Pas un, pour assurer la sécurité d’une des routes les plus importantes de ce maudit royaume !

« Dame Emisekhet se repose dans ses quartiers, ma Dame. »

« Parfait. Très bien, je vais donc me préparer. Qeneb, mes invités d’aujourd’hui sont très importants, accordez-leurs tous les égards et conduisez-les au salon d’eau. Je ne tarderai guère. »

« Bien, ma Dame. »

La dame repartit alors dans ses quartiers. Dans son monde, la tenue et l’élégance valait toutes les armes d’un champ de bataille, et quand il s’agissait de recevoir, il s’agissait de toujours montrer son meilleur profil, s’assurer qu’il soit aussi flatteur que possible. Nulle question de tricherie, simplement de la bonne et due forme, et en cela, Djerdan en était le maître. Le royaume de la réelle élégance. Si Qeneb avait correctement rempli ses tâches – et elle savait que c’était le cas – alors la princesse Kalisha et le premier conseiller Dyonis de Frenn allaient être reçus comme des rois. Après tout, en son cœur, Kalisha restait de la famille royale malgré son ridicule mariage, et Adalheidis n’avait pas encore totalement tourné le dos à sa patrie. Et Dyonis de Frenn… un Monbrinien, certes. Mais du peu qu’elle avait conversé avec lui, la jeune femme sentait qu’elle pouvait le voir autrement qu’elle ne voyait les hautes sphères de Monbrina. Ou du moins, cette invitation aurait pour but de le prouver. À la fin de cette journée, elle saura s’il mérite qu’elle le considère autrement, ou s’il est aussi ambitieux et affamé que son roi. Lui dont on loue la droiture et l’honneur, elle espérait véritablement trouver en lui un allié, un partenaire.

Spoiler:
@Kalisha de Monthoux, @Dyonis Howksley de Frenn Je suis navrée d’avoir pris autant de temps pour lancer le jeu, mais j’espère que ça vous plaira quand même~ :3
Adalheidis Nal'Harraq
Adalheidis Nal'Harraq
Famille Nal'Harraq de Djerdan

Messages : 21
Date d'inscription : 09/03/2020
Age : 24

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

[14 octobre 1597] Pour une tasse de thé Empty Re: [14 octobre 1597] Pour une tasse de thé

Message par Kalisha de Monthoux le Mer 13 Mai - 20:04

Aujourd'hui était une journée spéciale ! Elle avait rendez-vous afin de prendre le thé chez Adalheidis, une compatriote et connaissance de longue date. La seule personne qui pouvait faire le lien avec sa terre natale qui lui paraissait désormais plus lointaines que les seuls kilomètres qui la séparaient d'elle.

Elle avait longuement réfléchi à sa toilette du jour -cela l'occupait- et elle avait opté pour une robe de soie bleu ciel, doté de longue manche translucide. Brodée de fils d'or, elle mélangeait comme toujours les deux cultures qui étaient désormais siennes. Elle était ensuite passée à la mise en beauté qui fut particulièrement longue -elle n'avait que cela à faire-. Ses longues boucles brunes furent arrangée dans un délicat chignon où avait été déposé une multitude de petites perles blanches qui tranchait avec sa chevelure d'ébène.

Malgré tout cela, elle n'était pas en retard de plus de quelques minutes. Les quelques minutes de politesse que tout invité se devait de respecter afin de ne pas surprendre son hôte réalisant les derniers préparatifs.

Le domaine était splendide et lui rappela d'une certaine façon le palais royal où elle avait vécu. Une pointe de nostalgie s'empara d'elle mais elle l'enterra bien rapidement lorsque la voiture s'arrêta devant la porte.

On la fit traverser les lieux jusqu'à ce qu'elle puisse rencontrer la richissime femme.

- Quelle merveilleuse journée pour un thé ! Je me languissais de découvrir votre lieu de villégiature et je dois dire que je ne suis guère déçue. C'est proprement magnifique.
Kalisha de Monthoux
Kalisha de Monthoux
Épouse du comte de Monthoux ~ Reine de la forêt

Messages : 84
Date d'inscription : 07/03/2020
Age : 20

Feuille de personnage
Lien vers votre fiche personnage:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

[14 octobre 1597] Pour une tasse de thé Empty Re: [14 octobre 1597] Pour une tasse de thé

Message par Dyonis Howksley de Frenn le Dim 17 Mai - 11:03

Le temps est assez frais ce jour et c'est sur une légère brume que se détache le massif attelage au bois sombre qui transporte le Premier Conseiller. Par la fenêtre, il aperçoit la résidence Nal'Harraq sur ces terres monbriniennes. Elle sort de l'ordinaire, avec son style oriental, ses façades débordantes d'arabesques... mais où étonnamment, il n'y a pas la surcharge qui peut apparaître sur d'autres châteaux des environs. Le raffinement de Djerdan a l'art, apparemment, d'avoir des décors luxuriants mais qui savent malgré tout être élégants et presque aériens ! C'est sûrement grâce aux fontaines, aux jeux de bassins, aux portails de fers forgés très fin, sans oublier la végétation qui prend beaucoup de place (mais comme actuellement les feuilles commencent à tomber, l'effet de dénuement que cela donne fait d'autant plus ressortir la demeure et ses charmes). Dyonis est sensible à ces beautés, tout martial qu'il est et habitué aux grosses pierres d'un autre temps, celle du domaine familial qui passe de maître en maître depuis des siècles.

En descendant de son carrosse, on le fait entrer dans le vestibule puis une succession de salles où il est accueilli par d'incroyables bassins, des mosaïques, et un rituel d'accueil à l'oriental qui montre encore une fois tout le raffinement de Djerdan. Raffinement et grand sens de la cérémonie, mais sans rien de ronflant. Pas de gros orchestre, pas de lourdes dorures, mais une grande présence de la nature, des eaux, et des parfums subtils. Et ce n'est pas parce que le seigneur de Frenn restait neutre devant qui le recevait qu'il n'appréciait pas, bien au contraire. Il rendit les politesses d'usage sur son chemin, hocha la tête pour saluer ici ou là, avant d'être conduit dans un salon d'eau qui ne déméritait pas à côté de tout ce qu'il avait déjà vu.
Dyonis progresse de sa démarche sûre et régulière, ferme mais dénuée des pompes qu'y mettent beaucoup d'autres nobles avec des pas calculés comme une danse et parfois des cannes d'apparat. Il a l'épée au côté, ses cheveux très courts toujours ramenés en arrière, et un costume brun vert, avec des rangées de boutons argentés au bout de galons noirs tressés en rangée le long de son torse.
Il aperçoit très vite Dame Kalisha de Monthoux qui apparemment vient d'arriver. Il lui est plaisant de la découvrir dans une robe qui a gardé des inspirations de Djerdan (cela s'accorde si bien avec l'endroit), lui qui ne l'a vue qu'en tenues de noble monbrinienne jusqu'à présent. Il se dit qu'elle doit être à la fois joyeuse et avoir un pincement au cœur en renouant avec ses racines le temps de ce thé.

"Madame." l'aborde-t-il avec une révérence du buste, à la militaire, le bas du corps complètement immobile, jambes serrées. Il préfère cela aux génuflexions et aux danses de chapeaux à plume devant la femme. "Je vous redécouvre, en vous voyant ainsi porter une toilette où la Princesse de Djerdan est bien plus visible." Comme une parenthèse dans l'univers monbrinien.
Et alors que Dame Adalheidis approche aussi, devant elle à son tour Dyonis s'inclinera dans les règles de l'art, comme il se doit pour saluer et remercier une personne de cette qualité pour son invitation. "Madame. Votre invitation est un honneur, je vous en remercie encore. Il me tardait de découvrir votre domaine, à la hauteur des raffinements que l'on m'a vantés de Djerdan." dit-il tout en se redressant... et il découvrira alors la toilette et l'expression avec lesquelles la noble dame les accueillera...

En bon politicien, le seigneur de Frenn s'est fait renseigner sur la famille Nal'Harraq et les dernières affaires rencontrées par Dame Adalheidis à Monbrina. On raconte que sa sœur cadette l'aurait rejointe. Et qu'elle aurait eu une mésaventure dans la forêt... Rumeur ou réalité ? Et même si ce n'est qu'une rumeur, pour Dyonis c'est déjà trop ! Ce manquement de la part de la police est scandaleux ! Peut-être qu'il se verra confirmer ou infirmer la chose pendant cette rencontre... Mais une bonne purge dans cette forêt (sûrement remplie de bandits) et davantage de gens pour patrouiller, ce ne serait vraiment pas du luxe. En plus, Monbrina en a les moyens. Pour l'instant évidemment, le Premier Conseiller garde tout ça pour lui et son visage sera resté aussi neutre que son regard.
Dyonis Howksley de Frenn
Dyonis Howksley de Frenn
Premier Conseiller du Roi

Messages : 592
Date d'inscription : 18/11/2018
Age : 49
Localisation : Braktenn

Feuille de personnage
Lien vers votre fiche personnage:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

[14 octobre 1597] Pour une tasse de thé Empty Re: [14 octobre 1597] Pour une tasse de thé

Message par Adalheidis Nal'Harraq le Mer 27 Mai - 15:08

Ses invités étaient déjà présents quand Adalheidis vint les rejoindre. Contrairement aux précédentes fois où elle avait rencontré la princesse et le baron, elle s’était faite une toilette plus légère, pas moins noble, mais moins lourde de bijoux et de richesses. Une longue robe blanche, élégamment ouverte jusqu’à son ventre, égayée d’un collier – un seul pour changer – et de boucles d’oreilles. Le savoir faire de plusieurs générations de Nal’Harraq ! Sa fierté, et son orgueil.

Un fin sourire sur les lèvres, elle s’approcha alors de ses deux invités, les détaillant à leur tour. Son expression de bienséance politique devint bien vite plus lumineuse quand elle vit la princesse Kalisha dans son élégante robe turquoise, une couleur très appréciée de Djerdan. Cela lui allait beaucoup mieux que les atours austères et gonflés de Monbrina, et pour la première fois, il lui semblait voir la jeune femme respirer. Ce qui n’était pas plus mal, l’air d’ici était parfumé par les meilleurs encens de sa douce terre natale.

« Votre Grâce. » commença-t-elle en inclinant humblement la tête – elle connaissait très bien le protocole – mais en la relevant rapidement pour rencontrer à nouveau le regard de sa princesse. Elle semblait véritablement enchantée, et au-delà de toute satisfaction politique, ça lui faisait sincèrement plaisir. « Comme vous le voyez, je n’ai pas pu me résoudre à venir ici sans emporter un peu de chez-nous. »

Elle prit alors de ses mains un plateau se trouvant sur l’une des nombreuses tables basses, et le présenta à Kalisha. Il était rempli de petits gâteaux coniques, une pâtisserie très réputée chez eux, au goût de noisette.

« Tenez, servez-vous. Il y en aura d’autres pour le thé. »

Puis son regard se posa alors sur le baron, le fameux Premier Conseiller. À son endroit, les pensées d’Adalheidis étaient mitigées. Si d’un côté elle était ravie d’enfin le rencontrer, lui, l’un des rares hommes qui semblaient avoir de la valeur à cette Cour… de l’autre la mésaventure de sa jeune sœur l’avait rendue amère vis-à-vis de n’importe quelle figure d’autorité de ce pays. Elle le regarda un instant, puis le voir ainsi s’incliner dans les règles, dans tout son respect, dans toutes ses formes, aidait à apaiser sa rancœur. La jeune femme reposa alors le plateau, et lui répondit une révérence tout aussi respectueuse.

« Je vous en prie, je suis à mon tour ravie de vous voir en ces lieux. Ce n’est pas grand-chose, mais peut-être que cet aperçu de la vie de Djerdan saura vous ravir. »

Toujours aussi sévère, que ce soit dans son expression – quoiqu’un peu adoucie – soit dans sa tenue. La rigueur militaire d’un homme de droiture. Rien à voir avec les costumes de Djerdan, mais Adalheidis ne pouvait pas lui retirer le fait qu’il portait sa tenue avec beaucoup de classe et de dignité. Oh elle espérait qu’il en était de même pour ses affaires quand elles n’étaient pas publiques. Elle se souvenait, lors du Triomphe, de la réticence qu’il avait eu en apprenant les projets de Sa Majesté, et elle espérait réellement qu’il s’agissait là d’une vraie indignation.

« Le thé arrivera d’ici peu. Prenez donc place sur les coussins, mettez-vous à l’aise. »
Adalheidis Nal'Harraq
Adalheidis Nal'Harraq
Famille Nal'Harraq de Djerdan

Messages : 21
Date d'inscription : 09/03/2020
Age : 24

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

[14 octobre 1597] Pour une tasse de thé Empty Re: [14 octobre 1597] Pour une tasse de thé

Message par Kalisha de Monthoux le Jeu 28 Mai - 15:13

Peu de temps après son arrivée, elle fut rejointe par le Premier Conseiller Dyonis Howksley de Frenn qui la salua avec déférence. Elle lui répondit à son tour par une élégante révérence dont elle avait le secret.

- Votre Excellence, c'est un honneur de vous avoir à nos côtés pour ce thé malgré les tensions diplomatiques de nos pays.

Elle ne le connaissait que peu mais l'homme lui avait fait bonne impression et avait été l'une des rares personnes à s'intéresser réellement à elle. Elle était ravi de pouvoir enfin faire plus amplement sa connaissance, loin des mondanités habituelles où chaque parole devait être pesée plusieurs fois avant d'être prononcée. Officiellement, elle était désormais monbrinienne mais elle n'avait pu se résigner à laisser son coeur à la frontière avec le reste de ses effets personnelles.

Leur hôte arriva prestement, dans une toilette aussi simple que raffinée.

Kalisha pencha à son tour légèrement la tête en guise de salutations.

- Madame, votre demeure est un vrai plaisir pour les yeux et le cœur

Dire qu'elle avait apporté un peu de chez eux était un doux euphémisme même en considérant qu'il s'agissait là des pâtisseries. Partout où l'ancienne princesse posait les yeux, elle y trouvait un quelque chose de Djerdan. De l'architecture aux décorations, tout était fait pour rappeler l'exotisme et la grandeur de leur pays. Elle reconnut même certains végétaux bien de chez eux...


Elle la remercia et tendit une main pour se saisir entre deux doigts de l'une de ses pâtisseries dont elle raffolait en temps normal et qu'aucun cuisinier n'avait été en mesure de lui faire.

- Gouttez donc votre excellence, vous serez surpris de la délicatesse de ces petites cornes.

Kalisha prit place sur les coussins de soie aux couleurs chatoyantes. Tout rappeler ici son palais natal, jusqu'à l'odeur d'encens qui flottait dans l'atmosphère. La seule différence se situait finalement dans la météo bien moins clémente de cette journée d'automne monbrinienne. Etre ici était une véritable bouffée d'air frais, un doux rappel de ses origines.
Elle paierait certainement cet instant de nostalgie mais elle était déterminée à profiter de cet instant sans penser à son morne quotidien.


Elle croqua dans le petit gâteau, fermant les yeux pour mieux en apprécier la saveur de noisette et s'adressa ensuite au baron:

-Avez-vous eu l'occasion de voyager en Djerdan, votre Excellence?
Kalisha de Monthoux
Kalisha de Monthoux
Épouse du comte de Monthoux ~ Reine de la forêt

Messages : 84
Date d'inscription : 07/03/2020
Age : 20

Feuille de personnage
Lien vers votre fiche personnage:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

[14 octobre 1597] Pour une tasse de thé Empty Re: [14 octobre 1597] Pour une tasse de thé

Message par Dyonis Howksley de Frenn le Sam 13 Juin - 11:02

Quand Dame Adalheidis apparaît, elle rayonne de sa beauté Djerdanne, avec une robe légère, ouverte, et quelques bijoux orientaux sans surcharge. L'élégance de son pays, aérienne, dans sa tenue comme dans son domaine que Dyonis a déjà pu commencer à admirer. Il se sera incliné et aura fait le baisemain protocolaire, puis voit son hôtesse se concentrer surtout sur la réception de Kalisha (chose normale : elle est sa compatriote et elle reste malgré tout sa supérieure, sa Princesse, même mariée au triste Prosper de Monthoux). C'est à elle qu'Adalheidis propose d'abord des friandises.
Ensuite, elle pose son regard sur lui et le Premier Conseiller y devine bien ce qu'il peut contenir de méfiance malgré les formes. Et pour le coup, à la remarque de la jeune dame, Dyonis prend encore plus conscience que c'est lui qui, dans ce lieu et avec ces deux Djerdannes, est un peu l'étranger. Mais il espère ne pas démériter et il ne lui est déjà pas difficile de reconnaître le raffinement de cette civilisation voisine dont il a des fragments sous les yeux.
A l'invitation qui lui est faite, il s'installe sur la banquette avec ces coussins chatoyants, admirablement brodés. C'est franchement différent des lourds fauteuil de bois sculpté et damassés qu'il y a dans son domaine. Mais à la cour et chez d'autres seigneurs, on apprécie aussi de tels sofas et énormément de coussins.

Il hoche la tête à la politesse que lui rend la Princesse et y répond dans un léger sourire, après mention des tensions politiques entre les deux contrées : "J'ai l'espoir dans la possible rencontre entre des individus et pas toujours seulement entre les fonctions qu'ils ont à porter. Puisse ce moment en être le symbole." Et en effet, se dit-il, il regrette que la situation ait franchement dérapé entre Monbrina et Djerdan, et que lui, en tant qu'aux ordres directs de Sa Majesté, doive y souscrire. Mais il le fera. C'est son travail, alors jamais il ne dira ni ne fera quoi que ce soit en public qui puisse avoir l'air de critiquer sa hiérarchie : l'honneur l'impose. C'est pourquoi il apprécie la perspective de cette rencontre entre trois personnalités plutôt qu'entre fonctions... et peut-être même qu'il s'entendra bien avec ces deux femmes sur différentes choses ?
D'ailleurs, rien de ce qu'il a déjà vu de Kalisha et d'Adalheidis ne lui a déplu jusqu'à présent. Elles ont beaucoup de classe et de dignité. La Princesse a consenti à de lourds sacrifices pour la diplomatie, et la jeune Dame Nal'Harraq mène les affaires de sa famille avec un brio qui force le respect (et où Dyonis retrouve un peu de sa propre fille).

C'est finalement Kalisha qui lui propose aussi des friandises. Il l'en remercie d'un signe de tête, puis son crochet s'applique à piquer (le plus délicatement possible en essayant de ne pas détruire la petite pièce avant l'arrivée dans sa bouche !) la mignardise qu'il goûte aussitôt. Ce sont des saveurs étonnantes. Paradoxalement, il y a pas mal de sucre (à moins que ce ne soit du miel ?) mais ça reste très léger, fondant, aérien... sûrement grâce aux parfums orientaux mêlés à la recette.
"Oui, c'est exquis. Et d'une nouveauté certaine pour moi qui n'ai que peu la coutume de ces saveurs. Mais il semble que ce siècle soit celui des découvertes, y compris en gastronomie. L'on apprend ces goûts de l'Orient, mais aussi ceux de l'hémisphère Sud dont on fait venir café et chocolat. Ces boissons sont très surprenantes, d'une grande amertume mais qui est loin d'être désagréable en bouche une fois la surprise passée. Mesdames y ont-elle déjà goûté ?" (Un temps, à la question de Kalisha sur ses voyages) "Malheureusement non. Je crains que cela fasse partie de mes lacunes de vieux seigneur traditionnellement attaché surtout à la gestion sur place de ses terres. Je suis tout de même allé un peu en Iswyliz et en Hô-Yo, mais j'aimerais désormais découvrir Djerdan... et même le continent Européen. La reine d'Espagne en personne se trouve actuellement à la Cour de Sa Majesté : il faut croire que ce siècle est décidément aux voyages et peut-être serait-ce le moment de me mettre à la page." Il a dit ces derniers mots avec un fond d'auto-dérision.
Dyonis Howksley de Frenn
Dyonis Howksley de Frenn
Premier Conseiller du Roi

Messages : 592
Date d'inscription : 18/11/2018
Age : 49
Localisation : Braktenn

Feuille de personnage
Lien vers votre fiche personnage:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

[14 octobre 1597] Pour une tasse de thé Empty Re: [14 octobre 1597] Pour une tasse de thé

Message par Adalheidis Nal'Harraq le Jeu 18 Juin - 2:18

Adalheidis aimait les manières du Premier Conseiller. Si ses semblables de Monbrina avaient le don pour troquer l’élégance par la lourdeur, ça ne semblait pas être son cas. Certes, l’élégance n’était peut-être pas sa vertu première, mais du peu qu’elle avait pu observer, il semblait respectueux, et humble en dépit de son titre. Hiérarchiquement – du  moins tel que c’était le cas dans ce pays – il était le plus haut de ce petit groupe, mais il ne semblait pas éprouver le besoin de le faire ressentir. Non, il était dans un palais djerdanien, entouré de djerdaniennes, et il s’adaptait. Cette pensée fit apparaître un léger sourire sur le visage de la jeune femme.

Et la déclaration du baron ne fit que renforcer l’image qu’elle se faisait de lui. Sa méfiance restait présente, mais le sentiment d’avoir un potentiel ennemi sous son toit s’envolait peu à peu.

Son apaisement grandit également lorsqu’elle regarda Kalisha. Elle semblait vraiment apprécier le moment, et cela, quelque part, ça la touchait. D’une certaine façon, elle lui rappelait sa petite sœur : elles avaient presque le même âge, venaient des mêmes milieux, et en même temps… tout les opposait. Comme deux faces d’une même pièce.

L’attention d’Adalheidis revint alors sur le baron, en le voyant attraper la mignardise de son crochet. Piquer dedans… certes, cela ne se faisait pas d’ordinaire – mais peu de gens étaient destitués de leurs deux mains et avaient un crochet à la place – mais cette façon de prendre la gourmandise l’intéressait. Piquer. Allez savoir, peut-être que cette petite idée pourrait aller quelque part, un jour. Elle le nota donc dans un coin de sa tête, et observa la réaction qu’il pouvait bien avoir, maintenant que le petit gâteau était dans sa bouche.

Ça semblait lui plaire.

Et ça, ça gonflait un peu plus la fierté d’Adalheidis. Pour son cuisinier, et aussi pour ses origines.

« En matière de gastronomie, nous sommes tous des ignorants je le crains. J’aime vanter les mets de Djerdan, mais ma connaissance du reste du monde, dans ce domaine, reste maigre. S’il m’est arrivé de goûter du café ou du chocolat en de rares occasions, notamment au palais royal Votre Grâce, (Elle eut alors un regard complice vers Kalisha), je reconnais ne guère connaître les spécialités de Monbrina. »

Non pas que ce pays lui en ait donné l’occasion. À peine arrivée qu’elle se sentait déjà comme l’ennemie sur ces terres, représentante d’un pays que Monbrina semblait décidé à dévorer. Ça n’aidait pas à s’ouvrir culturellement.

Elle regarda un instant sa princesse, puis le baron, quand vint la question de ses voyages. Il disait voyager peu, mais il s’était déjà rendu dans davantage de pays qu’elle. L’Hô-Yo… voilà une contrée qu’Adalheidis prendrait plaisir à visiter. Cela dit, elle s’est déjà fréquemment déplacée sur le territoire djerdanien, que ce soit pour visiter les différentes mines de sa famille, les territoires qui arboraient tous le drapeau des Nal’Harraq.

« Il faudra que vous nous racontiez, dans ce cas, Votre Excellence. Quelles affaires vous ont emmené là-bas ? »

Un serviteur arriva alors, apportant avec lui très gracieusement un plateau sur lequel la théière fumante était accompagnée de trois tasses et aussi d’un petit pot. Il déposa cela sur la table basse se trouvant entre les trois nobles, les laissant vaquer à leurs conversations. La princesse devait bien entendu reconnaître la boisson : il n’y avait qu’à Djerdan qu’on servait le thé de cette façon, avec cette odeur de cannelle, de gingembre et de girofle, puis doucement recouverts dans la tasse un soupçon de lait. Une fois fini, Adalheidis le remercia d’un hochement de tête.
Adalheidis Nal'Harraq
Adalheidis Nal'Harraq
Famille Nal'Harraq de Djerdan

Messages : 21
Date d'inscription : 09/03/2020
Age : 24

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

[14 octobre 1597] Pour une tasse de thé Empty Re: [14 octobre 1597] Pour une tasse de thé

Message par Kalisha de Monthoux le Ven 19 Juin - 12:08

Un délicieux moment. Voilà ce que c'était. Et ce n'était pas uniquement grâce aux exquises pâtisseries. Tout ici réveillait ses souvenirs, stimulant chacun de ses sens, l'un après l'autre.

Elle observa le Premier Conseiller se saisir d'une pâtisserie, y piquant son crochet. Cela la surprit brièvement. Elle s'en voulut aussitôt... C'était tellement évident.

Quelle sotte vraiment... Bien sûr qu'il ne peut pas faire différemment sans main. Comment aurait-il pu?

Elle prit alors conscience du handicap au quotidien que cela devait représenter: pour s'habiller, manger, écrire, monter à cheval... Et malgré toutes ses difficultés, il était toujours là, fier et s'était même hissé à une place prestigieuse. Cela forçait l'admiration. A le voir, on oubliait presque qu'il n'avait que des prothèses et c'est sans doute ce contraste qui l'avait finalement étonnée, plus que le geste en lui-même.

Elle détourna son regard un brin charmé vers le plateau tandis que le baron les questionnait sur leurs expériences culinaires. Elle reposa à nouveau son attention sur lui avant de lui répondre d'un timide sourire:

- Oui, j'ai eu en effet cette chance lors de mes passages à la Cour de Sa Majesté. Ce goût est réellement étonnant, si différent de tout ce que nous connaissons. Je suis toujours ébahi de voir la diversité présente en notre monde. Tout cela est d'une telle richesse.

Une telle richesse. Oui et cela ne se limitait guère à la cuisine. La culture, l'histoire, les Hommes... Ce monde regorgeait de différences et c'est ce qui faisait sa force. Il était triste de voir que Monbrina tentait de lisser ce monde à son image. Djerdan serait-elle la suivante? Tout laissait à y croire. Kalisha avait de nouveau tenter de contacter sa famille et la réponse avait été pour le moins étrange... Tous rejetaient la faute sur l'Empire voisin et... Sur elle-même par ricochet.

- Je vous envie, Votre Excellence. Je n'ai guère pu sortir de mon Palais jusqu'à présent et me voilà désormais enracinée à Monbrina. J'écouterai avec grands plaisirs vos récits.

Prisonnière était le mot qui lui était venu le plus spontanément mais ce n'était pas politiquement correct. Le thé arriva, l'arrachant à ses sombres pensées. Toutes ces effluves la faisait voyager bien loin de ce pays stricte et froid.

_________________

[14 octobre 1597] Pour une tasse de thé H7gb[14 octobre 1597] Pour une tasse de thé Tumblr_ptpcgjaxgP1qzmgnko2_500
   They danced through the day and
   into the night
   through the snow that swept through the hall
   To winter to the summer
   then winter again
   til the walls did crumble and fall
   and she never wanted to leave

Kalisha de Monthoux
Kalisha de Monthoux
Épouse du comte de Monthoux ~ Reine de la forêt

Messages : 84
Date d'inscription : 07/03/2020
Age : 20

Feuille de personnage
Lien vers votre fiche personnage:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

[14 octobre 1597] Pour une tasse de thé Empty Re: [14 octobre 1597] Pour une tasse de thé

Message par Dyonis Howksley de Frenn le Sam 4 Juil - 11:30

L'apaisement qui a l'air de gagner le cœur et les traits de Dame Adalheidis touche Dyonis. La Princesse Kalisha elle aussi paraît renouer avec plus de légèreté, le temps de cette après-midi. La présence de sa compatriote doit être rassurante. Sa demeure est d'un raffinement qui ne peut que charmer les sens. Autant que les gâteaux dont tous les trois se régalent. Dyonis surprend chez les deux femmes cette petite surprise provoquée par sa manière de prendre la nourriture, mais il ne s'en froisse pas le moins du monde : c'est déconcertant la première fois. Ensuite, on s'y fait.

"C'est le miel, les agrumes et un certain nombre d'herbes forestières qui agrémentent très souvent nos aliments ici." répond Dyonis au sujet des coutumes culinaires de Monbrina. Ciboulettes, épinette, thym sont des assaisonnements locaux. En terme de fruits le melon est très souvent convié aux tables, souvent arrosé d'alcools. "Nos maîtres queux ont aussi une grande passion des cocktails, cherchant toujours de nouveaux et habiles mélanges entre fruits, alcools de tous genres. Et nous produisons énormément de vin. Chaque partie de Monbrina en a sa variété, l'on peut dire qu'il s'agit d'une des fiertés gastronomiques nationales."

Il partage largement, et d'un hochement de tête avec un sourire, l'avis de Kalisha qui s'émerveille de ce que le Monde a à offrir. Et avec les grands voyages de ce siècle, les importations, exportations et mixages n'en sont sûrement qu'à leurs débuts. Adalheidis se montre alors curieuse de ses voyages dans les colonies.

"Oh, je crains d'avoir surtout vu des camps militaires, puisque c'était dans le cadre des campagnes soldatesque que je suis allé dans ces deux pays. Mais malgré tout, j'ai pu trouver à découvrir des itinéraires et une partie de ce qui fait les fiertés locales. Iswyliz est un pays étonnant, très allongé, et où même physiquement les gens sont très différents du Nord au Sud. Mais ils ont une culture commune qui a bien dû se faire, un peu par la force des choses vu le relief." Il y a cette chaîne de montagne presque ininterrompue qui fait la frontière entre Monbrina et ce pays tout étiré. Ce n'est qu'en quelques points que les montagnes laissent place à des chemins entre les deux pays. Autant dire que beaucoup des batailles s'y sont jouées et qu'il a fallu compter stratégiquement avec le paysage. "Quant à l'Hô-Yo, un grand savoir-faire en matière de broderies et motifs en fait la réputation. L'on a aussi de là-bas beaucoup de minerai précieux et des animaux sauvages. Mais je suis conscient que ce ne sont là que des connaissances assez ridicules et qu'il faudrait des années pour étudier les cultures respectives, l'esprit profond de chacun de ces territoires."

L'intervention de Kalisha attriste Dyonis : elle semble tellement désireuse de savoir, et avec un soupçon de regret de n'avoir presque jamais quitté les murs d'un palais ! Quant à Monbrina, elle y est "enracinée" (et en plus pour rien maintenant !) mais est-ce qu'elle s'y plaît vraiment ? Vu son époux, le Premier Conseiller en doute. Pourtant, il y a beaucoup de grandes choses dont profiter dans Monbrina ! Tourné vers elle, il rebondit avec empathie :

"Oui, j'avais appris que les Princesses Djerdannes n'étaient presque jamais autorisées à quitter l'enceinte des palais... Puis-je vous demander, alors, à quoi pouvaient ressembler vos journées ? Votre instruction ? Vos divertissements ?" Son regard englobe les deux femmes et il ajoute : "Je suppose que vous avez dû avoir des enfances radicalement différentes ?" Il y a de vrais malheurs parfois à être Prince ou Princesse. Et Adalheidis de son côté a l'air si émancipée, femme d'une telle poigne que ça laisse deviner une éducation différente, et même singulière pour une femme en ces temps. De nouveau en direction de Kalisha, il formule cette espérance : "Je connais les... circonstances qui vous tiennent désormais ici. Et la famille qui est maintenant la vôtre.... Mais je vous souhaite sincèrement de quand même trouver à Monbrina de la matière pour votre curiosité intellectuelle qui semble grande. Surtout ici, à la capitale. Il n'y a pas un jour où il ne se déroule pas une exposition, une pièce de théâtre, un opéra, un concert, une lecture publique ou un salon littéraire. Et pouvez-vous sortir un peu plus à la découverte du monde que c'était le cas dans votre palais ?"
Toute cette culture, le baron sait que ça ne suffit pas à rendre heureux, surtout avec les dérapages politiques qui doivent blesser Kalisha. Mais que peut-il dire de plus ? Même s'il a une idée de sa peine, sa fonction le tient à ne jamais critiquer les décisions du gouvernement (même s'il ne les partage pas), surtout devant d'autres nobles. Il s'y pliera par devoir.

On vient alors servir le thé à l'orientale. Des parfums très subtils se déploient dans l'air. Et il y a la légèreté de ce nuage de lait. Un vrai cérémonial pour tous les sens et Dyonis le suit avec un grand intérêt. Dans la suite de Dame Adalheidis, il remerciera le serviteur d'un petit signe de tête, puis attendra que ces Dames boivent pour les accompagner.

_________________

¤ Maison de Frenn ¤
[14 octobre 1597] Pour une tasse de thé 49f477d02042f3b103feb930b82c5f781571121d[14 octobre 1597] Pour une tasse de thé Tumblr_ox09eo60gc1vlhsgao1_540

¤ Il n'y a qu'un pas entre le Capitole et la roche Tarpéienne. ¤
Dyonis Howksley de Frenn
Dyonis Howksley de Frenn
Premier Conseiller du Roi

Messages : 592
Date d'inscription : 18/11/2018
Age : 49
Localisation : Braktenn

Feuille de personnage
Lien vers votre fiche personnage:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

[14 octobre 1597] Pour une tasse de thé Empty Re: [14 octobre 1597] Pour une tasse de thé

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum