Un commerce aux esclaves

Page 1 sur 6 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Aller en bas

Un commerce aux esclaves Empty Un commerce aux esclaves

Message par Fatum le Mer 10 Oct - 23:43

Au flanc gauche de la cité de Braktenn, la grand' route serpentait pour aller se perdre entre deux monts dont les ombres trop proches étouffaient le ciel. A mi-chemin entre le constant vrombissement de la capitale et les remous plus dissolues des campagnes, une bâtisse excentrée aspirait, par vagues, des attelages qui soulevaient la terre sous leurs cahots pressés. Dans un rythme irrégulier, tributaire des victoires, absences et autres circulations des armées, l'établissement alternait mauvais silences et moments d'agitation où sonnaient sans cesse les pièces, les sabots, les chaînes.
Sur le bas côté du chemin à la fréquentation inégale selon les heures du jour, un commerce et son estrade attiraient les regards des passants dont beaucoup, en cette saison, faisaient halte céans. Ombres massives et mains travailleuses s'agitaient ici et là. On accueillait les clients, on négociait avec le patron, on inspectait la marchandise étalée au grand jour le long des planches d'une sinistre scène.
Au-dessus des têtes, bien visible de loin, une enseigne indiquait en lettres pourpres "Commerce Greeglocks - Vente d'esclaves". Il fallait s'approcher pour jauger les corps immobiles - sous la stricte surveillance de leurs gardiens - que le patron proposait à ses riches acheteurs en vantant "un bon cru". Des échos de bottes battaient souvent le sol en cadence, tandis que les soldats s'en venaient livrer leur cargaison, s'arrêtaient à peine et repartaient aussi sec, une fois rémunérés.
Greeglocks arpentait son estrade, fier de sa toilette à la dernière mode prompte selon lui à séduire les nobles clients. Il détaillait les qualités de ses produits aux passants qui foulaient cette route, non sans complimenter les Dames et Messieurs qui marquaient une halte. Un vent sec cinglait les joues en ce début de septembre 1597.


Dernière édition par Fatum le Mar 16 Oct - 23:01, édité 1 fois
Fatum
Fatum
Admin
Admin

Messages : 260
Date d'inscription : 10/10/2018
Age : 26
Localisation : Grenoble

Voir le profil de l'utilisateur http://lapourpreetlaroue.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Un commerce aux esclaves Empty Re: Un commerce aux esclaves

Message par Claire-Marie le Dim 14 Oct - 16:57

Claire-Marie s'avance entre ses gardiens, complètement effrayée. Elle n'a jamais connu le marché, Dame Rose a su lui épargner ce pénible passage. Mais maintenant, elle était seule, poussée au milieu d'autres malheureux. Sa belle robe s'était déchirée même si elle ne devait pas être à plaindre avec ses semblables en loques.

Du haut de l'estrade, elle triture ses mains, parfois le coquillage qu'elle porte au cou. On lui a au moins permis de le garder. En revanche, elle ne voit plus Crépuscule. Son petit l'a suivi en miaulant, se recevant d'ailleurs quelques coups de la part des gardes. Il avait sans doute fini par partir. Claire-Marie serre davantage ses mains. Sans lui, elle ne sert à rien. Seul sa connaissance des langues peut la sauver. Mais après ? Qui voudra acheter une aveugle ? A-t-on dit à l'homme qui beugle en présentant les esclaves ce qu'elle pouvait faire ? Impossible, seuls ses maîtres le savaient.

Claire-Marie sent la file se réduire. Son tour arrive. Elle se mord la lèvre si fort que le sang coule sur sa langue. Elle prie, sans savoir vers qui se tourner vraiment en attendant l'instant où on la prendra par le bras pour l'amener devant tous ces regards.
Claire-Marie
Claire-Marie
Esclave domestique

Messages : 164
Date d'inscription : 14/10/2018
Age : 18
Localisation : Duché de Bretagne

Feuille de personnage
Lien vers votre fiche personnage:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Un commerce aux esclaves Empty Re: Un commerce aux esclaves

Message par Le Cent-Visages le Dim 14 Oct - 17:23

Un commerce aux esclaves Marcha10

M. Greeglocks
Marchand d'esclaves de la capitale depuis plus de vingt ans


La cadence effrénée du travail n'avait pas décru. L'homme vigoureux donnait de la voix, ventait chaque produit, encaissait la monnaie. Il repéra rapidement un petit chat blanc gambader aux alentours du marché, puis ficher le camp Dieu savait où.
Son attention se reporta ensuite sur la frêle donzelle qui arrivait devant lui. Son regard -- ou plutôt l'absence de celui-ci -- le tint immobile quelques secondes. Il se sentit observé, scruté, en l'absence même de pupilles utiles à cela. Il y avait là quelque chose qui le dépassait et l'homme n'aimait pas ce sentiment. Vite, il se racle la gorge et, afin de chasser l'embarras, poursuivit avec des gestes plus nerveux encore son travail. Deux commis lui apportèrent encre et affichette. Il fallait à présent jauger cette infirme. Il grommela entre ses dents :

- Aveugle. Bigre.


Pour le reste, elle n'était pas vilaine. Au contraire. Et frêle, mais sûrement habile de ses mains et attentive à son environnement comme son invalidité devait le lui imposer. Un autre détail était à éclairer avant de fixer un prix. Il s'adressa à l'esclave et demanda d'une voix ferme mais pressée :

- Bon. Toi. Quel est ton nom ? Et qu'est-ce que tu sais faire ?


Autour, la foule se pressait, allait et venait en tous sens. Certains badauds s'étaient arrêtés, curieux de cette étrange fille sans regard sur l'estrade du marchand. Des commentaires plus ou moins de bon goût circulaient de bouches à oreilles. Greeclocks s'en réjouissait : sa prise titillait l'intérêt de la clientèle. C'était une bonne chose.
Le Cent-Visages
Le Cent-Visages
Gestion des PNJ
Gestion des PNJ

Messages : 802
Date d'inscription : 14/10/2018
Age : 29
Localisation : Partout et nulle part

Feuille de personnage
Lien vers votre fiche personnage:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Un commerce aux esclaves Empty Re: Un commerce aux esclaves

Message par Claire-Marie le Dim 14 Oct - 17:35

Claire-Marie sentit l'attention sur elle. Un regard la traversa. Elle leva les yeux lorsqu'un homme se racla la gorge, fixant son regard là où elle ressentait sa position. Il semble qu'il n'aime pas vraiment sa cécité. C'est normal, qui voudrait l'acheter dans ces conditions ?

Soudain, il lui demande son nom. Sa bouche s'agite un moment sans un sens.

- Cl... Claire-Marie.

Elle rassemble vite ses idées qui s'échappent alors qu'elle les répète en boucle depuis ce matin.

- Je... je sais le français et l'anglais monseigneur. Et brosser les cheveux.

Elle rougit, consciente que c'était fort peu. La mettrait-on dans un bordel si elle n'intéresserait personne ? Elle ne pourrait même pas voir qui l'achèterais. Elle ne saurait rien. Et aucune vision ne lui venait en aide. Ses oreilles captèrent d'autre son que la respiration de l'homme face à elle. Des murmures, plus en contrebas. Elle entend ce qu'on dit d'elle. En cet instant, elle préfèrerait être sourde.
Claire-Marie
Claire-Marie
Esclave domestique

Messages : 164
Date d'inscription : 14/10/2018
Age : 18
Localisation : Duché de Bretagne

Feuille de personnage
Lien vers votre fiche personnage:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Un commerce aux esclaves Empty Re: Un commerce aux esclaves

Message par Le Cent-Visages le Dim 14 Oct - 18:27

Un commerce aux esclaves Marcha10


M. Greeglocks
Marchand d'esclaves de la capitale depuis plus de vingt ans



Elle réagit enfin. L'homme acquiesça et fit rapidement ses calculs. Malus : aveugle. Bonus : quelque peu instruite -- utile ou dangereux, ce sera à son maître d'y être vigilant -- cependant pour lui, il s'agissait d'un point en sa faveur. Elle était assez mignonne. Et une femme, point positif suffisant pour certains acheteurs.
Il jaugea les atouts et les faiblesses, puis dicta à un commis :


- Neuf-mille rilchs.


La stylet crissa sur l'affichette, que l'esclave put ensuite entendre nouée à une cordelette, avant de la sentir être passée prestement à son cou. Déjà, le patron entame son argumentaire :


- Nous avons-là une fille de bonne composition physique. Oh, elle est certes aveugle, mais l'on sait ces gens-là d'autant plus attentifs et habiles de leurs doigts. Habiles, Messieurs. Elle connaît des langues étrangères et sera utile donc pour des affaires ou d'éventuelles traductions. Ou bien, Mesdames, elle vous fera une zélée et précautionneuse servante, apte à vous mettre en beauté !


Des murmures. Un silence qui se faisait éloquent. Les uns observaient de plus près, les autres s'éloignaient. Des interrogations circulaient à voix basse quant à l'origine diabolique ou divine de sa cécité, ou encore quant à la provenance de sa connaissance des langues susdites.

Un commerce aux esclaves Jzorzo10



Jérémie Torrès, esclave, 19 ans



Parmi la foule opaque dans sa vaine agitation, un jeune homme sombre et rigide tel un tronc, creusé tel un squelette déjà vêtu de haillons comme d'un linceul mité, suivait son maître aussi bien que s'il avait été son ombre. Il représentait d'ailleurs moins que cela. Le comte Prosper de Monthoux allait en avant, entouré de serviteurs / gardes rapprochés, tandis que l'esclave portait dans son dos et entre ses bras des quantités d'achats faits par le noble. On n'avait de cesse de le surveiller.
Jérémie accorda un regard désabusé à la scène -- tristement familière -- qui se jouait sur l'estrade de l'infecte Greeclocks. Une jeune femme attira son attention. Aveugle. Mais plus encore, ses paroles intriguèrent l'homme-caverne. Oh il se moquait bien de la seconde chose qu'elle avait dite -- brosser les cheveux d'une maîtresse -- et ne ressentait que mépris pour ces futilités qui occupaient tant les Grandes. C'était plutôt la première partie de son discours qui venait d'intriguer Jérémie : elle connaissait des langues. Celle-ci n'était donc pas la dernière des idiotes. Elle disposait d'un minimum d'instruction... Jérémie retint un sourire : il n'était ainsi pas le seul. Il se demanda comment la jeune femme avait appris ces éléments. Information intéressante que le sec esclave retint. Cette Claire aurait des choses à lui apprendre, peut-être. Et lui pourrait y trouver son compte. Peut-être. Si le destin les laissait se revoir, ou si Jérémie parvenait à manipuler les pions autour de lui en ce sens.
Pour l'heure, il détacha ses yeux de la pauvre Claire et dut ne pas traîner davantage. Jérémie suivit son maître, s'éloigna. Ses sourcils rabattus comme des menhirs et ses traits fermés n'avaient rien laissé paraître de ses pensées, de ses espoirs.
Le Cent-Visages
Le Cent-Visages
Gestion des PNJ
Gestion des PNJ

Messages : 802
Date d'inscription : 14/10/2018
Age : 29
Localisation : Partout et nulle part

Feuille de personnage
Lien vers votre fiche personnage:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Un commerce aux esclaves Empty Re: Un commerce aux esclaves

Message par Claire-Marie le Dim 14 Oct - 19:01

Claire-Marie entend son prix. Son prix. C'est une aberration, un cauchemar. Elle voudrait se réveiller, près du lit de Dame Rose, comme elle y était toujours, marcher dans le château avec Crépuscule. Écouter les marins rapporter leurs récits de voyage, parfois entendre des nouvelles d'Hô-Yo.

Claire-Marie sent les larmes lui monter aux yeux. Elle aurait dû mourir avec sa maîtresse, tout aurait été plus simple. Sa description la désespère un peu plus. Si quelqu'un l'achète pour son habilité, il risque d'être déçu. Tout ce qu'elle sait faire, c'est réfléchir, mettre des mots dans un certain ordre et les modifier pour qu'ils se transforment en une autre langue. Donner un autre parfum au monde.

On se questionne, on se demande des choses pour elle. A-t-elle entendu "maléfique" ? Pourquoi ? Dame Rose disait toujours qu'elle était un ange. Elle baissa la tête. Se serait-elle trompée ? Elle tente de se cacher derrière ses longs cheveux. Soudain, elle sent quelque chose. Un homme s'avance, derrière la foule. Il n'est pas comme les autres. Claire-Marie redresse la tête, essayant de suivre le mouvement de l'énergie qu'elle sent.
Claire-Marie
Claire-Marie
Esclave domestique

Messages : 164
Date d'inscription : 14/10/2018
Age : 18
Localisation : Duché de Bretagne

Feuille de personnage
Lien vers votre fiche personnage:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Un commerce aux esclaves Empty Re: Un commerce aux esclaves

Message par Marie-Anne Lebon le Dim 14 Oct - 21:59

Marie-Anne observa la jeune aveugle tentant de se cacher derrière sa chevelure. Elle n’avait pas attendu l’énoncé de ses compétences pour deviner ses origines un minimum cultivé. Cela la rassurée quelque peu. Depuis quelle attendait droite et volontaire parmi les autres esclaves, les doutes la rongée de l’intérieur. Elle ne ressemblait pas aux autres miséreux en haillons, pleurant sur leur destiné et n’ayant que la peau sur les os. Les mains jointes sur sa poitrine, sa prière silencieuse lui permettait de faire face à cette nouvelle épreuve.

    Un frisson, stoppa dans ses psaumes, encore peu habituée à ce climat beaucoup moins clément que sur son île. Un mouvement parmi la foule l’interpella, un homme s’approcha de la jeune aveugle. Intérieurement, elle était contente pour cette Claire-Marie, malgré son handicap elle attirait l’œil et secrètement elle espérait, aussi bien pour elle-même, qu’elle tombe sur un bon maître.

    Son tour était arrivé, elle se présenta au Marchand Greeglocks comme on lui avait inculqué. Révérence humble, tête légèrement baissée avec tout le respect que lui imposé sa nouvelle condition.
Dieu lui soumettait une nouvelle épreuve, elle était prête à la relevée.
Marie-Anne Lebon
Marie-Anne Lebon
Esclave domestique

Messages : 31
Date d'inscription : 14/10/2018
Age : 18

Feuille de personnage
Lien vers votre fiche personnage:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Un commerce aux esclaves Empty Re: Un commerce aux esclaves

Message par Le Cent-Visages le Dim 14 Oct - 23:30

Un commerce aux esclaves Marcha10


M. Greeglocks
Marchand d'esclaves de la capitale depuis plus de vingt ans


Le négociant s'aperçut que quelques-uns dans cette assistante commençaient à s'intéresser à la petite aveugle. Les regards curieux s'adressaient aussi maintenant à une mulâtre que ses commis venaient d'attirer sur le devant de l'estrade. L'homme la vit se sentir parcourue d'un frisson. Pourvu qu'elle n'attrape pas la mort, dans cette contrée si éloignée des îles du Nouveau Monde d'où on avait dû la tirer.
Elle s'adressa à lui, avec un calme rare et une étonnante dignité. Greeglocks en demeura interdit quelques secondes. Au moins, celle-ci non plus ne ferait pas d'histoire. Ses habits simples mais élégants et ce qu'elle lui dit de ses compétences laissèrent là encore deviner un accident de parcours : lui qui croyait qu'on ne pêchait des esclaves que dans les plus basses couches de la société des colonies... Non, Marie-Anne paraissait également un minimum instruite. La singularité de sa peau, sa bonne tenue , sa bonne manière de s'exprimer. Elle plairait. Aussi ajoute-t-il :

- Et voici cette jeune mulâtre tout droit venue de ces contrés lointaines que nos explorateurs déplient année après année, sur les cartes et entre les creux des vagues ! Elle est élégante, raffinée, et atypique, vous aurez-là une servante des plus rares pour treize-mille rilchs !

Un commerce aux esclaves Avt_lo10


Prosper, comte de Monthoux


Le noble bedonnant ralentit le pas et choisit finalement de faire demi-tour. Il approcha de nouveau le marché de Greeglocks, de sa démarche dont la légèreté trahissait le peu de soucis qui occupaient sa tête bouffie. Une excellente servante ? Et d'une de ces contrés lointaines ? Voilà qui ferait sensation, et aiderait à compenser l'absence momentanée de deux de ses domestiques.
Le comte de Monthoux regagna le pied de l'estrade pour scruter plus attentivement cette jeune femme à la peau brune. Peut-être même plairait-elle à sa femme ou à sa fille pour leur service personnel ? D'un geste nonchalant, sa main commença à fouiller dans sa poche à la recherche d'une bourse dont il n'a même pas besoin de compter le contenu. De sa canne, il donnait de petits coups sur le pavé tandis qu'il réfléchissait à l'affaire avant de se décider.

Un commerce aux esclaves Jzorzo10


Jérémie Torrès, esclave, 19 ans


Jérémie, sans broncher, avait fait demi-tour à la suite de son maître, le dos et les bras toujours chargés du cumul de ses commissions. Il connaissait par cœur les gestes du Monthoux : le comte allait procéder à l'achat, après une de ces longues scènes d'indécision dont le ventripotent Messire avait coutume.
Alors aussitôt, les immenses yeux noirs de l'esclave partirent discrètement à la rencontre de celle qui allait très probablement devenir une consœur d'infortune. Toute la personne de Jérémie dégageait la sécheresse, la distance qui le rendait indéchiffrable, et une fierté inappropriée à sa condition pour qui savait le regarder vraiment. Son visage restait toujours aussi neutre, pourtant il parvint à se fendre d'une ombre de sourire pour Marie-Anne. Ou plutôt : une simple cassure au coin de sa lèvre. Comme une façon de dire en secret "Bienvenue, si l'on peut s'exprimer ainsi", ou encore "Je suis curieux de te connaître" et "courage". Cette jeune femme brune, à l'instar de Claire-Marie, semblait intelligente et même un peu instruite. Intéressant. Ils auraient de riches échanges au milieu de leur quotidien harassant.
Le Cent-Visages
Le Cent-Visages
Gestion des PNJ
Gestion des PNJ

Messages : 802
Date d'inscription : 14/10/2018
Age : 29
Localisation : Partout et nulle part

Feuille de personnage
Lien vers votre fiche personnage:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Un commerce aux esclaves Empty Re: Un commerce aux esclaves

Message par Marie-Anne Lebon le Lun 15 Oct - 10:18

Malgré la fraicheur et le vent qui soufflait sur l’estrade où on l’avait amené, Marie –Anne pris sur elle.  Maintenant son port de tête comme on lui avait appris et se tenant le plus droit possible, elle fit face à la foule amassée autour d’eux. Elle en profita pour détailler les habitants de ce nouveau pays contrairement aux autres esclaves qui se forçaient à fixer le sol.
   A ses côtés se tenait Claire-Marie, elle semblait si douce et perdue que Marie-Anne l’aurait bien serrée dans ses bras pour la rassurer, mais elle savait où était sa place et se retint de justesse. Redirigeant son regard vers la foule, elle les observa d’une œil bien veillant. C’est ainsi qu’elle remarqua le demi-tour du comte de Monthoux et de sa diligence. Elle ne serait dire si ses œillades lui étaient destinées ou bien adressées à Claire-Marie mais ce qui l’interpella était le regard de l’esclave qui était encombré par les achats de son maître.
   Perdue dans ses yeux sombres identiques aux siens, il semblait détaché était-ce un mécanisme de protection ? Devrait-elle faire la même chose pour se préserver, elle qui pourtant était une personne enjouée ? Il y avait quelque chose de différent chez lui, elle ne serait l’expliquer mais elle le sentait.
  La voix du marchant raisonna de nouveau ce qui manqua de la faire sursauter. Se rendant compte qu’elle avait fixé trop longtemps les deux hommes, elle détourna le regard en rougissant légèrement. Ce n’était pas un comportement digne d’une jeune fille et esclave de surcroît. Se mordillant légèrement la lèvre inférieure, Marie-Anne se mit à fixer l’horizon.
Marie-Anne Lebon
Marie-Anne Lebon
Esclave domestique

Messages : 31
Date d'inscription : 14/10/2018
Age : 18

Feuille de personnage
Lien vers votre fiche personnage:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Un commerce aux esclaves Empty Re: Un commerce aux esclaves

Message par Le Cent-Visages le Lun 15 Oct - 18:06

Un commerce aux esclaves Avt_lo10


Prosper, comte de Monthoux


D'un geste réflexe, le noble rajusta sa cravate et tira les pièces et pierres précieuses nécessaires à l'achat. Il contempla de nouveau l'estrade, et s'arrête un peu plus sur l'aveugle. Habile, avait dit Greeglocks ? Et celle-ci au moins n'essaierait pas de s'évader comme un certain autre esclave de sa maisonnée, quelques années plus tôt. Elle avait en outre l'air docile.


- Marchand ! L'affaire est faite ! Je vous prends la mulâtre et l'aveugle. Je suis un bon client, me ferez-vous un prix ?

Un commerce aux esclaves Jzorzo10


Jérémie Torrès, esclave, 19 ans


Les mains noueuses de Jérémie passèrent le long de sa chemise en guenilles, seul geste prompt à trahir son écœurement devant la situation et les mauvais souvenirs qu'elle ravive. Ses yeux mirent un petit moment à quitter ceux de Marie-Anne : sans un mot, ils s'étaient captés et quelque chose paraissait s'être transmis en l'absence de parole - une façon bien singulière de faire connaissance. Jérémie sentait que la jeune femme brune venait de deviner déjà de petites choses de lui.
Il écouta à peine son maître qui bavassait et, apprenant qu'il aurait finalement non pas une, mais deux consœurs d'infortune d'ici quelques instants, il eut un léger nouveau coup d’œil à l'attention de Marie-Anne -- qui rougissait, toute timide d'avoir osé observer les deux hommes. Quant à Claire-Marie, Jérémie aurait très vite l'occasion de lui parler. Puisse le destin ne pas leur réserver des places trop ardues au château de Monthoux.

Un commerce aux esclaves Marcha10


M. Greeglocks
Marchand d'esclaves de la capitale depuis plus de vingt ans


Le négociant tira un large sourire et frappe dans ses mains, à la remarque de son client. Il lui servit une courbette un peu pataude tant elle se voulait cérémonieuse et affirma :


- Mais sans doute, cher comte de Monthoux ! C'est toujours un plaisir que de commercer avec vous ! Disons dix-huit mille rilchs pour les deux !


Il reçut les pécunes que lui tendait son riche client. L'homme fit signe à ses commis de délivrer les deux captives de leurs chaînes, et de retirer les affichettes qui, pendant à leurs gorges, en indiquaient le prix. D'un geste nerveux, Greeclocks commande à Claire-Marie et Marie-Anne de descendre, puis de se glisser dans la suite du comte et de ses hommes d'armes. Le marchand put voir le grand noiraud de Jérémie -- qu'il avait lui-même vendu quelques années auparavant -- effleurer poliment l'épaule de l'aveugle pour lui indiquer la route à suivre sans l'effrayer.


- Au-revoir, Messire ! héla le négociant avant de s'en retourner à ses affaires : d'autres malheureux attendaient déjà de passer sur l'estrade et de trouver preneur.
Le Cent-Visages
Le Cent-Visages
Gestion des PNJ
Gestion des PNJ

Messages : 802
Date d'inscription : 14/10/2018
Age : 29
Localisation : Partout et nulle part

Feuille de personnage
Lien vers votre fiche personnage:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Un commerce aux esclaves Empty Re: Un commerce aux esclaves

Message par Claire-Marie le Lun 15 Oct - 19:44

Claire-Marie sent quelqu'un s'avance à côté d'elle. Elle écoute attentivement, tout en restant caché derrière ses cheveux. Une fille des îles ? Comme... elle, avant ? Claire-Marie se gifla intérieurement à cette pensée. Dame Rose n'aimait pas qu'elle parle de son île, déjà avant. Elle avait un nouveau nom, un nouveau rang, une nouvelle vie. Et pourtant... elle y repensait souvent.

Une voix grasse et grave résonna. Un homme, sans doute riche, habitué visiblement et si elle se fiait à sa voix, bien en chaire. Sûrement un noble, peut-être celui que suivait la grande présence qu'elle avait senti tout à l'heure. Oui ! La voix se trouvait au même endroit. Claire-Marie releva le visage. Elle écouta à peine leur prix. En revanche, celle près d'elle avait été acheté aussi. Instinctivement, Claire-Marie se tourna sur le côté, tentant de trouver Marie-Anne.

Elle sentit alors le poids à ses mains et à son cou se retirer. De nouveau, elle se sentit un peu comme avant. Elle sentit un doigt lui chatouiller l'épaule. Elle sentit la grande présence toute près. Elle leva les yeux, cherchant un instant puis hochant la tête. Elle se sentit rassurée de la savoir derrière. Pour descendre, Claire-Marie laissa son talon descendre le long de la marche, bien prudemment pour ne pas trébucher. Dame Rose lui avait de faire bonne impression et tout irait bien. Tout irait bien... Claire-Marie chercha un instant quelque chose dans les limbes en marchant. Mais rien.

Oh si. Une femme, penchée sur un livre. Jeune, et souriante. Bien habillée. la fille de la maison sans doute. Une fille. Claire-Marie sourit. Elle pourrait peut-être lui brosser les cheveux. Elle jeta un œil (autant que possible) derrière elle. Avait-on droit de discuter ? Peut-être pas tout de suite. Dans le doute, elle préféra rester silencieuse durant tout le trajet.
Claire-Marie
Claire-Marie
Esclave domestique

Messages : 164
Date d'inscription : 14/10/2018
Age : 18
Localisation : Duché de Bretagne

Feuille de personnage
Lien vers votre fiche personnage:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Un commerce aux esclaves Empty Re: Un commerce aux esclaves

Message par Le Cent-Visages le Lun 15 Oct - 19:50

Spoiler:
La suite au "domaine de Monthoux" pour vous m'dame Very Happy
Le Cent-Visages
Le Cent-Visages
Gestion des PNJ
Gestion des PNJ

Messages : 802
Date d'inscription : 14/10/2018
Age : 29
Localisation : Partout et nulle part

Feuille de personnage
Lien vers votre fiche personnage:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Un commerce aux esclaves Empty Re: Un commerce aux esclaves

Message par Siloé-Sémélé le Lun 7 Jan - 10:05

(7 septembre, après-midi)




Les jumelles se sont souvenues de l'invitation discrète d'Allison à se retrouver au marché. Elles se sont mises en route et les voilà à attendre la dame près de l'estrade du sieur Greeglocks. Emmitouflées dans leurs châles, elles font les cent pas un peu n'importe où pour faire diversion jusqu'à l'arrivée d'Allison. Autour d'elles, on s'agite, on fait des affaires. Le négrier vend ses prises du jour. Siloé a un regard confus vers l'estrade tandis que Sémélé préfère poser ses yeux et son attention ailleurs. Il paraît que cette pratique de la vente d'esclaves est normale. Que ce sont des ressortissants de peuples inférieurs, ou des criminels qui donc ont mérité ce sort... Les jumelles ne savent pas trop quoi en penser. Elles s'occupent à observer les passanrs. Sémélé sifflote de temps en temps.
Siloé-Sémélé
Siloé-Sémélé

Messages : 123
Date d'inscription : 17/11/2018
Age : 32
Localisation : Braktenn

Feuille de personnage
Lien vers votre fiche personnage:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Un commerce aux esclaves Empty Re: Un commerce aux esclaves

Message par Allison Aetheling le Jeu 10 Jan - 9:43

Après avoir quitté les lieux, le parvis de l'Eglise devenant trop toxique pour le goût d'Allison, la jeune femme s'était dirigée vers le marché pour deux raisons assez simples : pouvoir se mêler discrètement à la foule et espérer ainsi une conversation secrète avec les jumelles... et retrouver une atmosphère de foire, de bruit, d'agitation, qui lui rappelleraient des souvenirs plus heureux.

Sa première journée ne s'était pas passée comme elle l'avait prévue, mais elle s'était trouvée une cible, une proie, et de choix ! Lorsqu'elle s'en prendrait à Thierry d'Anjou, ce ne serait pas une simple vengeance pour l'affront de la matinée... ce serait une revanche, de bien plus grande ampleur...

Apercevant finalement les jumelles, Allison se dirigea vers elle avec assurance, et, peut-être pour la première fois depuis leur rencontre, afficha un sourire, un sourire sincère et franc.

- Vous êtes là ! leur dit-elle. Je vous remercie d'être venues. J'ai besoin que vous m'indiquiez l'identité de la dame et où elle habite.

Son regard se fit plus sombre.

- Je ne la laisserai pas payer pour mes provocations.

Allison avait de nombreux défauts on l'avait vu. Mais si sa fierté et son individualisme pouvaient parfois lui jouer des tours, iels l'empêchaient cependant, paradoxalement, un certain égoïsme ; et sa mission n'était-elle pas de venir au secours des autres femmes, d'une certaine manière, après tout ?
Allison Aetheling
Allison Aetheling
Soignante / accoucheuse

Messages : 37
Date d'inscription : 13/12/2018

Feuille de personnage
Lien vers votre fiche personnage:

Voir le profil de l'utilisateur http://hogwarts-jdr.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Un commerce aux esclaves Empty Re: Un commerce aux esclaves

Message par Siloé-Sémélé le Dim 13 Jan - 11:15

Les pas d'Allison finissent par résonner sur les pavés. Les jumelles se retournent et se rapprochent de la jeune femme qui les interpelle. Elle leur confie ne pas vouloir attirer des ennuis à Blanche des Roses pour ses propres frasques.

Siloé. "C'est tout à votre honneur."
Sémélé. "La femme de tout à l'heure, elle s'appelle Blanche des Roses. Elle habite... euh...." (un peu gênée, mais elle dit finalement) "au Lupanar de la ville. C'est là qu'elle travaille."


Après un silence un peut troublé, Siloé reprend :

Siloé. "Au fait, on s'est jamais vues... Dites, que faites-vous de beau de vos journées ? A quoi vous occupez-vous ?"

Elle est curieuse de la profession que peut bien occuper une femme aussi sûre d'elle, vive et à la langue pas dans sa poche. Il y a un fond d'admiration et en même temps d'inquiétude chez les jumelles. Elles espèrent qu'Allison ne se fera pas de gros ennuis, notamment avec ce prêtre grossier. Et justement, au souvenir du père Thierry, Sémélé ne peut pas se retenir de piaffer :

Sémélé. "Quel fot-en-cul ce type ! Quand même, j'espère que le cureton de tout à l'heure ne vous incommodera pas davantage."
Siloé-Sémélé
Siloé-Sémélé

Messages : 123
Date d'inscription : 17/11/2018
Age : 32
Localisation : Braktenn

Feuille de personnage
Lien vers votre fiche personnage:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Un commerce aux esclaves Empty Re: Un commerce aux esclaves

Message par Allison Aetheling le Mar 22 Jan - 15:53

Spoiler:
OMG I'm so sorry pour le délai ><  Embarassed  Rolling Eyes



Parfait. Allison avait l'information dont elle avait besoin.

- Merci, dit-elle aux jumelles, une lueur intense dans le regard.

Elle se perdit alors dans ses pensées, n'écoutant qu'à moitié. Ses manigances prenaient le pas sur son attention. Lorsqu'elle sembla revenir un peu plus à la réalité, elle répondit rapidement, distraitement :

- Je suis guérisseuse. Mais je n'ai pas encore eu le temps de véritablement m'installer, je viens d'arriver en ville...

De toute évidence sa concentration n'était plus à la conversation ni à ses interlocutrices.

- Mesdames, je prends congé, finit-elle par dire poliment tout de même. Au plaisir de vous recroiser prochainement !

Allison quitta les lieux après une révérence rapide, libérant [^^'] les jumelles. Elle avait un plan...
Allison Aetheling
Allison Aetheling
Soignante / accoucheuse

Messages : 37
Date d'inscription : 13/12/2018

Feuille de personnage
Lien vers votre fiche personnage:

Voir le profil de l'utilisateur http://hogwarts-jdr.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Un commerce aux esclaves Empty Re: Un commerce aux esclaves

Message par Siloé-Sémélé le Mer 23 Jan - 13:36

Spoiler:
Y a pas de problème, moi aussi j'ai un rythme de jeu assez posey - tout va bien Very Happy

Les siamoises s'étonnent de la flamme qui semble s'allumer dans les yeux d'Allison et l'aspirer toute entière. Que peut-elle ainsi préparer ? Elles devinent seulement que ce saligaud de curé n'a pas fini d'avoir des ennuis avec cette guérisseuse au caractère bien affirmé. Quand Allison confie n'être là que depuis peu :

Sémélé "Oh ? Bienvenue alors. C'est pas chouette que vous ayez eu droit à un accueil comme celui de ce matin, mais la cité ne manque pas de gens très agréables à côté de... certains."

Siloé. "Oui, au plaisir ! Nous allons au bal masqué. Même si faut bien avouer qu'avec le meilleure costume du monde on sera reconnues sans peine !" (Un temps) "Sans doute nous y recroiserons-nous."


Après le départ de la jeune femme, les siamoises prennent elles le chemin retour vers leur draperie, après un bref regard désolée vers cette affreuse estrade, non loin de là, où l'on vent prises de guerre et condamnés.
Siloé-Sémélé
Siloé-Sémélé

Messages : 123
Date d'inscription : 17/11/2018
Age : 32
Localisation : Braktenn

Feuille de personnage
Lien vers votre fiche personnage:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Un commerce aux esclaves Empty [10 septembre] Marché aux esclaves

Message par Hilde le Mar 5 Fév - 7:42

10 Septembre 1597 - début d'après-midi



Après sa visite des quais, Hilde vint au marché avant l'arrivée des garçons. Son habitude était de contourner ce lieu, chaque jour où elle venait vendre ses paniers. Elle pouvait entendre la vente aux enchères, les cris du vendeur et les plaintes des esclaves. Aujourd'hui, elle était incapable de faire la sourde oreille.

Elle n'avait rien fait. Cette fois, elle attendit l'arrivée du marchand, les fonds de la petite caisse des nonnes sous sa soutane.


Dernière édition par Hilde le Mar 5 Fév - 9:13, édité 3 fois
Hilde
Hilde
Religieuse

Messages : 106
Date d'inscription : 14/10/2018
Age : 33
Localisation : Garde-Prudence

Feuille de personnage
Lien vers votre fiche personnage:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Un commerce aux esclaves Empty Re: Un commerce aux esclaves

Message par Le Cent-Visages le Mar 5 Fév - 8:43

Spoiler:
Ok ça roule ! Very Happy On va RP tranquillement l'arrivée des garçons sur le marché et leur vente ces jours-ci. Je me suis juste permis de changer la date : c'est toujours le 10, en tout début d'après-midi, qu'on les amène au négoce. Lénius sera là aussi avec des furieuses envies de voir cet empire esclavagiste finir par imploser What a Face
Le Cent-Visages
Le Cent-Visages
Gestion des PNJ
Gestion des PNJ

Messages : 802
Date d'inscription : 14/10/2018
Age : 29
Localisation : Partout et nulle part

Feuille de personnage
Lien vers votre fiche personnage:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Un commerce aux esclaves Empty Re: Un commerce aux esclaves

Message par Hilde le Mar 5 Fév - 9:14

Spoiler:
ça devrait être bon, là. Je pensais pas qu'ils iraient au marché si vite xD
Hilde
Hilde
Religieuse

Messages : 106
Date d'inscription : 14/10/2018
Age : 33
Localisation : Garde-Prudence

Feuille de personnage
Lien vers votre fiche personnage:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Un commerce aux esclaves Empty Re: Un commerce aux esclaves

Message par Le Cent-Visages le Mar 5 Fév - 12:08

Un commerce aux esclaves Lzoniu10


Lénius, troubadour difforme en fauteuil roulant, 27 ans


Un noble et son équipage avaient gentiment porté le fauteuil roulant de Lénius pour ressortir du tribunal. Quand la charrette des deux condamnés eut disparu au milieu de la foule, l'invalide s'était senti vide. Sa carcasse traînait là en déchet insignifiant, impuissant. Son insupportable poids le clouait ici-bas et les pleurs de la sœur Hilde tout près de lui nouèrent sa gorge. Son premier élan aurait été de poser sa main tordue à l'épaule de la jeune femme en signe amical, au mépris de son voile et de la distance à laquelle il obligeait. L'homme se retint. Seuls ses yeux abattus parlaient - criaient. D'insoutenables questions y faisaient tempête. Pourquoi ? Pourquoi une puissance se construisait-elle sur le sang et le travail gratuit de soi-disant êtres inférieurs ? Si un tel système tenait bond, il n'y avait plus rien à espérer de l'humanité. Les marionnettistes de cet empire avait pour eux la soi-disant "pensée complexe" et des circonvolutions pseudo-philosophiques alors que, Lénius le comprenait maintenant, le vrai de l'humanité se faisait à côté tout nue et simple comme un enfant. Trop simple. Corseté dans ces constats étouffants, il ne s'entendit pas marmonner :

-- Quand ? Quand donc a commencé la corruption ? L'avons-nous en nous-même, ou bien...

Ses mots restèrent en suspend et un crachat enragé en remplaça la fin. Au Diable la réflexion pour l'instant ! Il fallait accompagner la route de la charrette comme celle d'un Jésus portant sa croix. Lénius vit Hilde s'éloigner après le procès, puis ne revenir qu'un peu plus tard dans l'après-midi pour l'arrivée des condamnés. Il la rejoignit et seconda la religieuse, jusque devant le marché.

Un commerce aux esclaves Marcha10


M. Greeglocks
Marchand d'esclaves de la capitale depuis plus de vingt ans


Le lot mensuel de captifs des colonies venait d'arriver. Le négociant et ses commis achevaient d'en fixer le prix quand apparut la charrette des condamnés qu'on lui avait annoncés. Il réquisitionna quatre homme et s'approcha du véhicule. Son regard comptable s'abattit sur les deux esclaves. Des infirmes. Il pesta entre ses dents :

-- Ffft ! Qu'est-ce que la prévôté m'envoie là ?

Le sieur Greeclocks accordera un rapide regard déférent à la foule étonnamment nombreuse aujourd’hui près de son négoce. Il ordonna que l'on fasse entrer les deux prisonniers à l'intérieur de son commerce pour l'instant. L'analyse et le marquage se faisaient en huis clos. L'homme était bougon : que tirerait-il de ce garçon en chariote et de la petite crevette avec lui ?

Un commerce aux esclaves Trista10


Tristan, esclave, 15 ans


Des prières et des chansons avaient occupé tant bien que mal l'esprit de Tristan le long du chemin, sous les regards curieux, cruels ou compatissants des citadins. Il avait senti autour de lui la chaleur de Lénius, de Hilde et d'Alexandre. Au bout d'un temps qu'il n'était capable de jauger, le garçon vit apparaître un négoce et des hommes qui les traînèrent rudement à l'intérieur de l'établissement. Tristan eut à nouveau envie de pleurer, moins aux paroles méprisantes du patron à leur égard, qu'à la vue des autres prisonniers en attente d'être vendus. Qu'avaient-ils donc fait ? S'il fallait seulement une raison. Le garçon gardait son attention posée sur Alexandre et sa douceur espéra contrebalancer, pour son ami, les injures du vendeur.
Le Cent-Visages
Le Cent-Visages
Gestion des PNJ
Gestion des PNJ

Messages : 802
Date d'inscription : 14/10/2018
Age : 29
Localisation : Partout et nulle part

Feuille de personnage
Lien vers votre fiche personnage:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Un commerce aux esclaves Empty Re: Un commerce aux esclaves

Message par Alexandre le Mar 5 Fév - 13:32

Au fil de la progression de la charrette, le courage d'Alexandre s'amenuisait. Ses muscles commençaient même à trembler. Il s'obligeait cependant à les contracter, à paraitre fort, relever la tête. Pour Tristan ! Il ne fallait pas craquer, son ami risquerait de sombrer lui aussi. Afin d'éviter de se perdre dans ses pensées, son regard détailla la foule et repéra aisément les formes reconnaissables de Lénius. Il se souvint de sa promesse prononcée hier soir, de son insolence envers le troubadour.. Il n'aurait peut-être pas de meilleure occasion...

"Monsieur Lénius ? Merci... Merci pour votre soutien tout à l'heure et d'être là. Et je suis désolé. Désolé pour l'autre jour de vous avoir mal parlé, d'avoir été insolent, suffisant et prétentieux. Pardon pour ma conduite irrespectueuse."

La charrette l'emporta ensuite trop pour que Lénius ait pu lui répondre. Elle s'arrêta devant l'échoppe du marchand. Les aides le déchargèrent, l'amenèrent à l'intérieur...  Il tremblait de plus en plus. Son regard et sa tête se baissèrent. Il redoutait la suite. Il savait ce qui allait venir. Instinctivement, sa main se porta au bras, là où bientôt... Les tremblements s’accentuèrent.
A l'abri de la curiosité de la foule, que se passerait-il ? Il voyait bien le regard calculateur et méprisant du marchand de chair humaine. Alexandre connaissait de par son instruction les intérêts de ce commerce qui permettait de soumettre les habitants des colonies acquises par la guerre et de faire prospérer une économie florissante. Son père adoptif disait même parfois qu'il aurait pu acheter un esclave puis s'exclamait ensuite que son épouse remplissait déjà ce rôle et que ce serait de l'argent inutilement gaspillé.
Alexandre se souvenait aussi d'autres lectures : que les esclaves étaient principalement affectés aux travaux de force ou au service domestique. Il trembla encore plus. Quelle fonction pourrait-il donc avoir ? il ne savait rien faire de ses mains. Pas même monter un lit ! Ni porter une planche ! Il tenta de réfléchir : et s'il évoquait de pouvoir se tenir à une desserte et servir ainsi les collations ou les repas ? Ne serait-ce pas une utilité ? Mais serait-ce assez ? Il observa, craintif, le marchand. Pourvu que ce dernier ne le tue pas !

Dans un geste désespéré, Alexandre porta la main à son cou afin de toucher son médaillon et y puiser du courage mais ne toucha que sa peau. Le médaillon n'y était plus. le lien avec son père s'était comme rompu. lors, Ades larmes commencèrent à couler.
Alexandre
Alexandre
Esclave domestique

Messages : 545
Date d'inscription : 14/10/2018
Age : 20
Localisation : Nérée

Feuille de personnage
Lien vers votre fiche personnage:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Un commerce aux esclaves Empty Re: Un commerce aux esclaves

Message par Hilde le Mar 5 Fév - 14:30

Le coeur d'Hilde était compressé. La présence de Lénius tout près la réconfortait, mais lui rappelait aussi sa faille. Aujourd'hui, exactement maintenant, tout allait bien pour elle. Elle était sûre de ce qu'elle voulait faire, n'en avait pas nécessairement le cran, mais le fait que Tristan soit infirme pouvait l'aider à l'acheter : il serait moins cher et les réserves de sa communauté pourraient être suffisantes. Mère Apolline n'était pas au courant. Hilde n'avait rien murmuré à Dolorès-Clarence. La nonne abusait de la confiance qu'on lui avait fait avec la caisse. Elle inspira et se tourna vers Lénius.


-- Je vais tenter d'acheter Tristan. Je n'ai pas énormément de sous, mais votre éloquence peut m'aider à négocier. Misez sur sa condition infirme, cela fonctionne toujours. Nous n'avons pas besoin qu'il... "fonctionne" en bas de la ceinture à Garde-Prudence. Ça devrait réduire son prix de moitié, siffla-t-elle en riant amèrement. Ensuite, je tâcherai d'aller au bureau d'affranchissement et je l'espère, avoir assez de pièces encore une fois. Mais, n'économisons pas sur son achat. Sa délivrance peut attendre. Je ne peux rien pour Alexandre. Enfin, je verrai ce qu'il nous reste...


Elle se sentit mieux de lui avoir confier son plan. Elle avait, elle le savait très clairement, un allié. Pourvu que ce Dyonis n'intervienne pas. Toute sa "nonnitude" ne pourrait faire pencher la balance vers elle. Du coin de l’œil, elle aperçut le spectacle vulgaire de l'esclavagisme qui entrait en scène. Des sauvages encore blêmes de leur voyage en mer, des squelettes dérivés de pays voisins... et les infirmes.
Hilde
Hilde
Religieuse

Messages : 106
Date d'inscription : 14/10/2018
Age : 33
Localisation : Garde-Prudence

Feuille de personnage
Lien vers votre fiche personnage:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Un commerce aux esclaves Empty Re: Un commerce aux esclaves

Message par Le Cent-Visages le Mar 5 Fév - 14:55

Un commerce aux esclaves Lzoniu10


Lénius, troubadour difforme en fauteuil roulant, 27 ans


Le fauteuil stoppa. Les gestes de l'hommes restèrent en suspend quelques secondes. Au milieu de ses épreuves, Alexandre trouvait encore la présence d'esprit pour demander pardon concernant ses petites irrévérences adolescentes de leurs dernière rencontre. L'infirme eut un sourire confus et un geste de la main battant l'air : il n'y songeait déjà même plus.

-- Oh, mais... euh...

Le tombereau s'était éloigné et il ne pourrait plus répondre. Lénius termina sa route et se rapprocha de la nonne, à présent revenue avec son argent et qui lui causait de son plan.

-- Ce serait un bonheur infini si vous parveniez à sauver Tristan. Merci. De tout cœur. (Il soupire, avec dégoût : ) Seul le roi et quelques-uns de ses plus puissants seigneurs ont l'autorité pour affranchir exceptionnellement un esclave. Les bureaux d'affranchissement suivent leurs ordres. Laisser aux infâmes aussi peu d'espoir leur sautera un jour au visage. (Il pencha la tête et tenta de revenir à de plus optimistes perspective : ) Mais même asservi sur le papier, je ne doute pas une seule seconde que Tristan se plaira fort dans votre communauté.

Quelques larmes de soulagement aux coins plissés de ses yeux devaient être retenues.

-- Je crains de ne pouvoir aider... Mes chansons et mes farces me font vivre au jour le jour, mes économies ne dépassent pas 50 rilchs. Mais s'il faut les sortir, il en sera ainsi.

Un commerce aux esclaves Marcha10Un commerce aux esclaves Trista10


M. Greeglocks, marchand d'esclaves, et Tristan, esclave, 15 ans


Pendant ce temps, à l'intérieur du négoce, Tristan avait envie lui aussi de pleurer à la vue des larmes de son ami. Il serra la mâchoire et se retint. Profitant d'un moment où le marchand et ses hommes avaient le dos tourné, il essuya doucement, du revers de son pouce, un peu des pleurs d'Alexandre. Sa main vint réchauffer la sienne. Il le lâcha cependant quand le négociant se tourna vers eux.
Derrière Greeglocks, un commis plongeait dans le feu le "M" en fer forgé au bout d'une tige. Le patron pour sa part entama l'inspection. Le corps des deux garçons, leur solidité, leur dentition. Le boiteux avec ses cannes n'avait pas l'air d'avoir beaucoup travaillé de ses mains avant. Quels délits avaient pu l'amener ici ? Il eut un rictus du coin de la bouche pour chasser ces questions et demanda d'abord à Tristan :

-- Toi. Qu'es-tu capable de faire ?

-- Je... euh... je... J'suis habile d'mes mains et c'est que le bas du corps qui...

Sa voix mortifiée par l'inspection dont il venait de faire l'objet s'éteignit. Greeglocks acquiesça : lui au moins pouvait porter des choses sur ses jambes en plus d'assurer des activités ne sollicitant que mains et bras. L'autre en revanche, avec ses cannes... Cela réduisait de beaucoup. Il ne faudrait que des travaux assis à une même place. L'homme jaugea Alexandre et demande :

-- Bon, et toi ?
Le Cent-Visages
Le Cent-Visages
Gestion des PNJ
Gestion des PNJ

Messages : 802
Date d'inscription : 14/10/2018
Age : 29
Localisation : Partout et nulle part

Feuille de personnage
Lien vers votre fiche personnage:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Un commerce aux esclaves Empty Re: Un commerce aux esclaves

Message par Alexandre le Mar 5 Fév - 16:32

Lorsque Tristan lui prit la main, Alexandre ressentit une forte bouffée de compassion et et bonheur à son égard. Il sentit à nouveau ce désir étrange monter en lui et cette envie folle de l'embrasser. Il obligea sa tête à se tourner. Ne pas y penser. Ne surtout pas y penser. Son père venait de consacrer un long moment à démontrer qu'aucun d'eux n'avait de pratique sodomite, il n'allait pas encore mettre tous ses efforts par terre. Il préféra ainsi observer le commis préparer le fer avec l'effroyable marque qui bientôt... Son ventre se raidissait à cette idée, à la perspective que bientôt son bras... Mais au moins cela avait l'avantage de bloquer une autre sensation de son corps beaucoup plus dangereuse.

Nerveux, il écouta Tristan bredouiller sa réponse. Cela allait être à lui. Alexandre gonfla la poitrine, s'efforçant de paraitre assuré, de ne pas avoir peur. Il devait être convaincant, démontrer ses capacités ou sinon... Ou sinon ce ne srait pas la marque que son corps recevrait.


D'une petite voix polie, il répondit :

"J'étais apprenti libraire, monsieur, j'ai reçu une excellente formation. En plus de lire écrire, tenir des comptes, je sais le grec et le latin, un peu d'hébreu aussi et le français. Je suis également fort instruit en littérature, histoire et géographie. Je sais également divertir lors des soirées en animant celles-ci du récit d'un conte. Ah oui ! Je dessine aussi ! Je réalise de belles illustrations, avec un tait très fin ! Par exemple, je pourrais aisément faire votre portrait. J'ai d'ailleurs été initié à la cartographie. Sinon... Sinon je peux marcher sans mes béquilles mais à condition de tenir un chariot ou une desserte, comme cela je peux servir une collation ou apporter des objets."

Apeuré, il baissa le regard, espérant que ses compétences seraient suffisantes.
Alexandre
Alexandre
Esclave domestique

Messages : 545
Date d'inscription : 14/10/2018
Age : 20
Localisation : Nérée

Feuille de personnage
Lien vers votre fiche personnage:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Un commerce aux esclaves Empty Re: Un commerce aux esclaves

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 6 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum